/news/politics

L'aéroport Montréal-Trudeau est prêt

Les premiers réfugiés syriens à Montréal samedi

TVA Nouvelles

Les premiers réfugiés syriens pourraient arriver samedi, au Canada, selon des informations obtenues par TVA Nouvelles. Montréal-Trudeau a été choisi comme étant l'un des deux points d'entrée avec l'aéroport Pearson pour le Canada.

Les administrateurs de l'aéroport Montréal-Trudeau ont fait visiter mardi matin les installations qui permettront de les accueillir. Ces installations temporaires ont été aménagées en un temps record; mesures de contrôle de sécurité, appareils de lecture de passeports, de documents officiels, tout est prêt. «On s'attend à des vols d'environs 300 passagers à la fois. Donc, si on calcule l'espace qu'il y a en haut pour le processus passager et ici en bas, on devrait avoir suffisamment d'espace pour que tout le monde soit confortable», a indiqué à TVA Nouvelles Pierre-Paul Pharand, vice-président des Aéroports de Montréal.
 

Dans l'aéroquai, un bâtiment qui n'est plus utilisé, on accueillera d'abord les réfugiés, amenés par transbordeur de leur appareil. 

 

 

Toutes les questions de sécurité auront été réglées auparavant, le passé de chaque réfugié aura été fouillé dans le pays de départ, donc avant même de prendre l'avion. «Ils se présentent à notre ambassade, ils vont faire l'entrevue. Il y aura des vérifications médicales, sécuritaires, et criminalité», a noté Vito Vassalo, d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.
 

Ils recevront ici à leur arrivée le statut de résidents permanents.

 

À quelques kilomètres de l'aéroport, on trouve le centre de bienvenue, où ils seront pas la suite amenés par autobus. Ils y resteront quelques heures, et rencontreront des représentants de la Croix-Rouge, et les parrains qui s'occuperont d'eux. Ils pourront aussi communiquer avec leurs proches par téléphone. Il y aura distribution de manteaux, de bottes, de gants, pour affronter l'hiver.

 

Les installations sont similaires à celles qui avaient été aménagées pour les réfugiés haïtiens après le tremblement de terre dévastateur de 2010.

 

-Avec la collaboration de Maxime Landry