/news/politics

Réfugiés syriens

Les premiers avions arriveront jeudi à Toronto et samedi à Montréal

Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé mercredi aux Communes que le premier avion de réfugiés syriens arrivera à 21 h 15 jeudi soir à Toronto et un deuxième appareil se posera à Montréal, samedi.

Ces arrivées s’inscrivent dans le cadre du plan d’accueil de 25 000 migrants syriens, qui doit être complété d’ici la fin de février 2016.

Ces deux premiers vols, qui devraient contenir environ 300 passagers au total, seront faits avec des appareils militaires des Forces armées canadiennes. Les réfugiés en question sont parrainés par le secteur privé, et non par Ottawa.

«J’ai invité tous les chefs des partis à se joindre à nous pour accueillir ces nouveaux Canadiens alors qu’ils arriveront à l’aéroport Pearson», a indiqué le premier ministre Trudeau lors d’une conférence de presse en fin d’après-midi, mercredi.

Le gouvernement Trudeau s'est engagé à accueillir 25 000 migrants syriens d'ici la fin de février, après avoir repoussé de deux mois la date limite promise en campagne électorale.

Les plus récents chiffres sur le plan d’accueil des réfugiés indiquent que 11 932 demandes de réinstallation sont en cours de traitement et que 1451 visas de résident permanent ont été délivrés.

Il reste 22 jours au gouvernement Trudeau pour respecter son engagement modifié d’accueillir 10 000 réfugiés d’ici le 31 décembre.

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, a qualifié d’«irréalistes», les engagements des libéraux.

«Les libéraux avaient promis 25 000. C’était totalement irréaliste. Ensuite, ils ont promis 10 000. Ça aussi, c’était irréaliste», a lancé M. Mulcair en point de presse.

La ministre de l’Immigration du Québec, Kathleen Weil, a dit que le Québec est prêt à accueillir les Syriens.

«On a bien hâte que tout le processus soit enclenché», a précisé Mme Weil lors d'un point de presse à Québec.

La ministre a d’ailleurs affirmé ne pas craindre que les propos du candidat à l’investiture républicaine américaine, Donald Trump, qui veut interdire l’entrée de musulmans aux États-Unis, aient des échos au Québec.

«Il peut y avoir des gens qui ont une certaine préoccupation quant à l’intégration, mais honnêtement les commentaires qu’on a sont très, très positifs. La société québécoise est vraiment mobilisée. Ce que je ressens est que les gens sont fiers de notre histoire à cet égard, soit qu’on a accueilli beaucoup de gens d’origines diverses, et qu’on a bien réussi», a expliqué la ministre Weil.

Fonds additionnels

Par ailleurs, le gouvernement Trudeau a annoncé mercredi que des fonds additionnels seront accordés aux groupes qui vont aider les réfugiés syriens à leur arrivée au pays au cours des prochains mois.

En conférence de presse, le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a indiqué que ces fournisseurs de services recevront 3,6 millions $ additionnels, une augmentation de 25 % de leur financement par rapport à cette année.

Ces organismes aident les réfugiés à s'intégrer dans les collectivités un peu partout au pays dans les premières semaines. Ils comprennent l'accueil à l'aéroport, l'aide aux douanes, le logement temporaire et une orientation de base sur la vie au Canada.

Au cours des quatre prochaines années, 335 millions $ seront utilisés pour les services d'établissement et de réinstallation des réfugiés syriens.

Environ 94,5 millions $ des 335 millions $ serviront à offrir un soutien au revenu des réfugiés pour au plus un an.

Dans la même catégorie