/news/society

Accueil des réfugiés syriens

Des offres de dons parfois surréalistes

Camille Gaïor | Agence QMI

COURTOISIE KENNETH ALLAN/AGENCE DES SERVICES FRONTALIERS DU CANADA/AGENCE QMI

Des hommes espèrent profiter de la venue de réfugiés syriens pour trouver l’amour. C’est du moins ce que laissent entendre certains courriels envoyés à des organismes de la métropole.

«Je suis citoyen canadien célibataire et prêt à parrainer une femme syrienne seule ou avec enfant pour former un couple», peut-on lire dans un courriel envoyé aux organismes d’aides aux réfugiés, qui ont préféré garder l’anonymat.

«Cherche une femme dans la quarantaine ou cinquantaine», lit-on dans un autre message.

Ces propositions loufoques voir inappropriées ne présentent pas la majorité et relèvent avant tout d’une méconnaissance, croit François Audet de l’Observatoire canadien sur les crises et l'aide humanitaire.

«Il y a surtout une méconnaissance des enjeux internationaux et des crises humanitaires qui sont peu rationnels pour nous, a-t-il dit. C’est donc difficile de comprendre à qui on a affaire et quels sont leurs besoins.»

Gare à la charité

Mais tous ne cherchent pas l’amour, car la plupart des offres concernent des services, «comme si chacun voulait offrir ses talents», a expliqué un responsable communautaire.

Au-delà des dons et des multiples services offerts, l’accueil des réfugiés ne doit pas s’arrêter à la charité, a souligné Michèle Asselin, directrice de l’Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI).

«Accueillir des réfugiés dans la dignité, ça veut dire qu’il faut que ces personnes aient accès à des emplois, à l’éducation, à la santé, ça veut dire qu’il faut les aider en respectant leur intégrité et ça peut passer par des actions citoyennes simples, comme aider à l’intégration des enfants dans l’école de notre quartier», a-t-elle dit.

Si les organismes communautaires continuent de recevoir de nombreux appels de la population souhaitant s’impliquer, le rythme semble bien moins soutenu que le mois dernier. Par ailleurs, depuis le lancement de la ligne téléphonique «Info-aide réfugiés» le 8 décembre, la Ville de Montréal affirme avoir reçu 520 appels.

Exemple de services offerts aux réfugiés

- Coupes de cheveux

- Transport en taxi

- Soins vétérinaires

- Confection de biscuits

- Séances de zoothérapie

- Adoption d’enfants

Dans la même catégorie