/news/culture

À l'assaut de la planète!

Le nouveau «Star Wars» lance ses vaisseaux spatiaux

Agence France-Presse

Ils l'attendaient depuis dix ans: de la France à l'Afrique du Sud, des millions d’admirateurs ont commencé à découvrir mercredi la suite de la saga Star Wars, tenus en haleine par une impressionnante campagne marketing autour de ce 7e épisode présenté comme l'événement cinéma de l'année.

Le déferlement sur les écrans de Star Wars: Le Réveil de la Force a démarré dès le début de la matinée dans une quinzaine de pays, principalement en Europe: France, Benelux, pays scandinaves, Italie, Suisse, mais aussi Afrique du Sud et Maroc. Une projection dans un cinéma de Bangkok devait donner le coup d'envoi du film en Asie.

À Paris, les premiers spectateurs étaient sur le pied de guerre bien avant les premières séances de 10h. «Je me suis levé à 4h du matin. J'ai des billets pour le voir deux fois aujourd'hui», explique Antoine, venu spécialement d'Alsace (est de la France) pour retrouver des admirateurs.

Au Grand Rex, mythique cinéma parisien pouvant accueillir plus de 2700 personnes, les premiers impatients sont arrivés dès 7h, parfois déguisés, pour une première séance à guichets fermés.

Applaudissements et cris de joie ont accueilli le début du film au cinéma UGC des Halles, au coeur de la capitale, où les salles étaient combles. «J'en rêvais depuis des semaines!», a lancé Antoine, 12 ans, affublé d'un masque de Dark Vador.

Jeudi, ce sera notamment au tour du Royaume-Uni et de l'Allemagne de découvrir «Le Réveil de la Force». Les États-Unis devront attendre vendredi. Mais certains admirateurs américains, incapables de patienter 48 heures, sont allés jusqu'à débourser 5000 dollars pour venir voir le film en France mercredi.

Le nouvel opus de la saga culte, signé J.J Abrams, est fidèle à l'esprit de la trilogie originale, sortie entre 1977 et 1983.

Il permet de retrouver ses acteurs légendaires, Harrison Ford, Carrie Fisher et Mark Hamill, dans la peau du contrebandier Han Solo, de la Princesse Leïa, meneuse de l'Alliance rebelle, et du chevalier Jedi Luke Skywalker.

Les spectateurs y découvrent également une nouvelle génération de personnages: la pilleuse d'épaves Rey (Daisy Ridley), l'une des héroïnes du film, le soldat Finn (John Boyega), le méchant Kylo Ren (Adam Driver) ou encore le nouveau robot BB-8.

Le scénario de ce nouvel épisode avait été protégé comme un secret d'État par Disney, qui a exigé une confidentialité absolue des acteurs et des journalistes, dont certains n'ont pas caché leur exaspération.

La sortie des nouvelles aventures de Luke Skywalker, Han Solo et Leïa, qui devrait se traduire en milliards de dollars de recettes pour Disney en entrées et produits dérivés, a fait voler en éclats les records des sites de billetterie.

En Belgique, la grande chaîne de cinémas Kinepolis a écoulé 55 000 billets en prévente, dont 25 000 pour mercredi, «un record absolu».

Plus de 500 000 billets ont été vendus à l'avance en France, du jamais vu selon Disney, qui a racheté il y a trois ans les droits de la saga culte à George Lucas pour plus de 4 milliards de dollars.

Quatre décennies après la sortie du premier Star Wars en 1977, la fascination demeure. Ces 30 derniers jours, plus de deux millions et demi de tweets consacrés au film ont ainsi été publiés dans le monde, selon Twitter.

Le Réveil de la force démarre 30 ans après la fin de l'épisode 6, Le Retour du Jedi, sorti en 1983. Luke Skywalker, le dernier maître Jedi, a disparu et il faut le retrouver pour sauver la galaxie du maléfique Premier Ordre. La princesse Leïa, qui mène la Résistance, envoie le pilote de chasse Poe Dameron pour tenter de le retrouver.

Thèmes musicaux mythiques, combats au sabre laser, courses poursuite de vaisseaux spatiaux, créatures monstrueuses, robots, côté obscur de La Force: tous les ingrédients qui ont fait le succès planétaire de la saga, disséquée dans les universités du monde entier, sont réunis dans ce film.

Ce 7e épisode est très respectueux de l'univers des premiers «Star Wars», une manière, selon J.J Abrams, de «perpétuer l'héritage en reprenant les fondamentaux».

Dans la même catégorie