/news/currentevents

Châteauguay

Un père de famille victime de profilage racial?

TVA Nouvelles

Un père de famille de Châteauguay, qui aurait refusé de s’identifier aux policiers à la suite de plusieurs infractions au Code de la sécurité routière, croit qu’il a été victime de profilage racial.

John Chilcott a été aspergé de poivre de Cayenne alors qu’il était dans sa voiture en compagnie de ses fillettes, toujours traumatisées par cet événement.

Le 14 décembre dernier, John Chilcott revenait de porter ses garçons à l’école quand il s’est immobilisé en bordure de la route avec ses feux de détresse allumés avant de repartir quelques instants plus tard.

Des agents du Service de police de Châteauguay ont aperçu l’homme dans la minifourgonnette et ont fait demi-tour, gyrophares allumés, pour suivre le père de famille.

L’homme, rencontré par TVA Nouvelles, dit qu’il ne se doutait pas que les policiers avaient allumé leurs gyrophares pour lui.

Comme il arrivait près de sa résidence, il a continué sa route sur moins de 700 mètres avant de se garer dans le stationnement derrière chez lui.

John Chilcott, surpris de voir les policiers l’interpeller, n'a pas voulu s’identifier. «Je le vois sortir le poivre de Cayenne. Je me demande ce qui se passe. J’ai peur», a confié le résident de Châteauguay.

«Et il m’asperge en plein visage. Mes enfants sont toujours avec moi dans l’auto», a ajouté John Chilcott.

La femme et les enfants du résident de Châteauguay sont terrifiés depuis l’interpellation. «Je ne sais pas si je devrais parler à cause de ce qui pourrait se produire», a dit la femme de John Chilcott qui craint des représailles.

«Une aide médicale a ensuite été offerte aux personnes présentes sur les lieux, mais a été refusée», a indiqué le Service de police de Châteauguay dans un communiqué.

Enquête interne

Le Service de police de Châteauguay n’accordera pas d’entrevue car une enquête interne est en cours.

«Il est important de spécifier que les policiers interviennent toujours en se référant au modèle national en emploi de la force», a indiqué le corps policier.

«Selon ce modèle, un policier doit analyser et s’adapter à la situation à laquelle il fait face en utilisant le moyen qu’il juge approprié pour mettre fin à une infraction», a ajouté le Service de police de Châteauguay.

John Chilcott entend porter plainte en matière de déontologie policière.