/regional/montreal/montreal

Les terrasses déménageront

Place Jacques-Cartier: artistes et commerçants en colère

Agence QMI

AMÉLI PINEDA/24 HEURES/AGENCE QMI

Des artistes et des commerçants sont en colère d’apprendre que les terrasses de la place Jacques-Cartier devront être déplacées au centre de l’allée à partir de 2017.

Jeudi, la Ville a présenté un projet de 5 millions $, qui prévoit de dégager complètement les façades des bâtiments.

La nouvelle configuration prévoit d’installer les terrasses à sept mètres des bâtiments, aux abords de l’allée centrale.

Les serveurs seront obligés de traverser une allée piétonne pour servir les plats aux clients.

«Imaginez les jours de pluie, pensez-vous que des clients vont vouloir se faire servir un plat qui devra être traversé sous la pluie?» questionne Jean-Marc Lavoie, directeur-général du restaurant Jardin Nelson.

Selon lui, les restaurateurs ont été oubliés dans ce projet. «La seule chose que va nous offrir cette nouvelle configuration, c’est de la précarité», a-t-il déploré.

Changement nécessaire

Le maire de Montréal, Denis Coderre, estime que ce changement est nécessaire puisque l’aménagement actuel dévalorise le paysage historique de l’endroit. «Honnêtement, c’est laitte (sic)», a-t-il dit.

Avec la nouvelle configuration, Montréal veut offrir une vue sur patrimoine architectural. «Ils vont peut-être échapper une couple d’assiettes, a-t-il ajouté pour dédramatiser la situation. On fera un concours d’équilibre, ça pourra même faire partie des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.»

M. Coderre a rappelé que la Ville a obtenu l’appui de la Société de développement commercial (SDC) Vieux-Montréal, qui représente les commerçants.

«Ça va demander des ajustements, mais ça me semble être une bonne affaire», a dit Robert Astell, président de la SDC.

Inquiétudes

Les restaurateurs ne sont pas les seuls à être inquiets puisque la Ville déplacera les artistes-peintres et autres artisans sur la rue de la Commune.

«On appréhende notre mort», a confié Joane Mc Dermott, qui expose ses œuvres sur la place Jacques-Cartier.

L’exposante se sent «prise en otage et tassée complètement».

«L’an dernier, on a expérimenté la vente de nos œuvres sur de la Commune et ça été un fiasco», a mentionné Mme Mc Dermott. On a avisé la Ville, on leur a dit qu’ils ne pouvaient pas nous laisser là, mais visiblement leur consultation c’est bidon.»

Seuls les caricaturistes pourront demeurer sur la place Jacques-Cartier.

Ce qui ne les rassure pas pour autant.

«On a peur d’être étouffés par les terrasses. Les gens vont-ils pouvoir traverser facilement l’allée», se demande Yves Dufresne, caricaturiste depuis 33 ans sur la place Jacques-Cartier.

L’opposition officielle convient que le projet est intéressant, mais estime que la Ville aurait pu arriver au même résultat en investissement moins d’argent.

«C’est un beau projet, mais on aurait pu répondre aux besoins de façon moins coûteuse, notamment en établissant des normes pour les terrasses imposées aux restaurateurs et qui garantissent une signature visuelle», a fait valoir Laurence Lavigne-Lalonde, conseillère chez Projet Montréal.

Dans la même catégorie