/news/currentevents

Vol Cancún - Montréal

Toute une frousse pour des passagers d'Air Transat

Hugo Bourgoin | TVA Nouvelles

Des passagers d'Air Transat ont eu toute une frousse, dimanche, alors que l'avion dans lequel ils se trouvaient a connu un problème de dépressurisation en plein vol, les obligeant ainsi à mettre leur masque à oxygène.

L'incident est survenu sur le vol TS415 qui assurait la liaison entre Cancún et Montréal. Le Boeing 737 a décollé du Mexique à 15h26 et c'est 1h30 plus tard, à 16h55, que l'appareil a connu des problèmes.

Détonation

Alors que l'avion survolait l'État de la Géorgie, aux États-Unis, à son altitude de croisière de 37 000 pieds, les passagers ont tout de suite su que quelque chose n'allait pas.

«J'écoutais un film, on a entendu une détonation et on a senti l'air froid entrer. Tout le monde s'est retourné vers l'arrière. Ça s'est passé tellement vite. Les masques sont tombés», a raconté à TVANouvelles.ca une passagère, Marie-Ève, qui revenait d'un séjour d'une semaine avec une amie.

«Après, on a descendu très rapidement pour avoir de l'air respirable», poursuit la jeune femme.

Selon les données recueillies par le site FlightAware.com, le pilote a effectivement fait descendre le vol TS415 de 12 000 pieds en quelques minutes. L'avion a d'abord fait une descente de 7000 pieds en deux minutes, puis une autre de 5000 pieds quelques instants plus tard.

Vol TS415 / Données provenant de FlightAware.com

«C'était intense! Mes oreilles se sont bouchées instantanément», affirme la passagère.

«Ce n'est pas une descente en piqué, mais c'est plus que la moyenne. C'est sûr que c'est plus agressif», explique pour sa part l'expert en aviation civile Claude Fortin.

Odeur de brûlé

Après que l'appareil s'est stabilisé à 25 000 pieds, les passagers ont finalement pu retirer leur masque, mais il semble qu'une odeur de brûlé était présente dans la cabine; odeur que le transporteur attribue au «générateur lorsque les masques sont déployés».

Par ailleurs, si Marie-Ève a affirmé que les agents de bord se promenaient avec des «extincteurs», Air Transat précise plutôt qu'il s'agit de bouteilles d'oxygène.

Toujours selon la jeune femme, les événements se sont déroulés dans le calme, mais ont quand même causé de l'anxiété chez plusieurs passagers.

«Ça pleurait dans l'avion. Tout le monde était émotif», dit-elle.

Vérifications

Joint par TVANouvelles.ca, Air Transat a confirmé l'incident.

«Nous ne savons pas pourquoi les masques se sont déployés malgré le fait que nous avons repris le contrôle de la situation très rapidement. Nous faisons les vérifications requises», a écrit dans un courriel la porte-parole du transporteur, Debbie Cabana.

Mme Cabana a ajouté que la baisse d'altitude est la «procédure normale dans ce genre de situation».

Le vol TS415 a maintenu une altitude de croisière de 25 000 pieds jusqu'à son approche finale. Il s'est finalement posé sans encombre à Montréal-Trudeau à 19h02 alors que les passagers ont chaudement applaudi le pilote.

Dans la même catégorie