/finance/homepage

À table avec...Hélène Bégin

Le marché de l’immobilier entre les mains des boomers

Denise Proulx

 - Agence QMI

immobilier

Simon Clark/Agence QMI

Depuis plus de 20 ans au Mouvement Desjardins, l'économiste Hélène Bégin a vu passer successivement plusieurs vagues économiques qui ont eu des impacts directs sur l’actif le plus important des Québécois: la propriété.

Ses analyses de la situation financière des ménages et de l’immobilier sont reprises par la grande majorité des médias.

Elle s’est intéressée particulièrement à la progression de l’accès à la propriété des Québécois. Elle partage ce qui va motiver les acheteurs et les vendeurs de propriétés au cours des prochaines années.

Le marché de l’immobilier est-il réellement en meilleure santé au Québec qu’ailleurs au Canada ?

«En général, la croissance économique est plus faible ici, tout en ayant une économie plus équilibrée et mieux diversifiée. Aussi, les promoteurs se sont montrés plus prudents quand ils ont vu que les ventes stagnaient, notamment dans le secteur de la copropriété, ce qui n’est pas le cas ailleurs au Canada. Le cycle immobilier est différent ici. Le prix des propriétés a grimpé en Ontario et en Colombie-Britannique et il a chuté dans les Prairies. Au Québec, on se situe entre les deux.»

Les jeunes ménages se plaignent néanmoins qu’avec les prix élevés, il est difficile d’acheter une première résidence. Comment devrait-on les aider ?

«Dans les faits, depuis 10 ans, les jeunes ménages ont eu un accès facile à la propriété à cause des règles de financement hypothécaires très souples et de taux d’intérêt fort avantageux. Rappelons-nous qu’entre 2005 et 2008, il était possible d’acheter une propriété avec un amortissement de 40 ans. Lorsque le fédéral a resserré les règles et exigé une mise de fonds de 5 %, oui c’est devenu plus difficile, mais c’est beaucoup plus sain pour les ménages. Les acheteurs doivent faire preuve de patience et d’une discipline d’épargne, afin qu’ils profitent d’une marge de manœuvre budgétaire. Ça détourne vers le logement locatif les personnes qui n’ont pas les moyens d’acquérir une propriété.»

Le marché doit donc miser sur les baby-boomers pour demeurer dynamique ?

«Attention, les mentalités changent. On constate que les baby-boomers habitent, en moyenne jusqu’à l’âge de 75 ans, la maison unifamiliale qu’ils avaient acquise. Mais la population vieillit. Ça devrait créer un vaste mouvement de vente qui commencera dans deux à trois ans. Et tout ne sera pas égal. Les propriétés les mieux localisées, près des services et du transport public, auront une meilleure valeur marchande. Ce sont des aspects que regardent maintenant les acheteurs. Même si elles sont plus dispendieuses, ces propriétés permettent d’éviter d’autres dépenses, comme l’achat d’une seconde voiture.»

Qu’est-ce qui arrivera des propriétés loin des grands centres et construites dans des villages bucoliques ?

«Elles risquent de connaître une baisse importante de leur prix, par manque d’un réel bassin d’acheteurs. Les jeunes ménages sont plutôt à la recherche de services de proximité. Le risque est clairement plus élevé pour certaines régions éloignées et les gens qui vivent à la campagne. Mais il y aura toujours une clientèle pour les secteurs de villégiature. Il faudra suivre de près ce mouvement dans cinq à dix ans.»

De récentes données prédisent que les baby-boomers et les jeunes de la vingtaine lorgneront les condos en 2016. Leur présence sur le marché va-t-elle redynamiser leurs ventes ?

«Avec toutes les histoires qui ont couru autour des condos, la perte de confiance des acheteurs est forte. Tout le monde connaît un cas dans son entourage. Donc, ça va prendre quelques années avant que les boomers et les jeunes achètent en masse. Puisqu’il y a beaucoup d’invendus sur le marché, la construction va demeurer faible. Ça devrait avoir une influence à la baisse sur les prix dans la prochaine année, sauf pour ceux situés à Montréal. Il y a une clientèle pour les condos près du centre-ville, c’est le seul secteur où la dynamique des prix sera à la hausse.»

 

Biographie

Détentrice d’une maîtrise en économie de l’Université Laval, Hélène Bégin œuvre à titre d’économiste au Mouvement Desjardins depuis 1994. C’est elle qui établit la position du Mouvement Desjardins dans ce secteur.