/regional/montreal

L’hiver est dur dans le Vieux-Montréal et le Vieux-Port

Caroline Lévesque | 24 Heures

 - Agence QMI

Plusieurs commerçants du Vieux-Montréal et du Vieux-Port estiment qu’on devrait mettre davantage d’efforts dans l’offre d’activités hivernales, et ce, de manière continue, pour revitaliser le quartier historique en saison froide.

Le spa Bota Bota fait partie des commerces ouverts toute l’année, contrairement à plusieurs autres. Geneviève Émond, propriétaire, croit que l’offre autant commerciale qu’événementielle devrait être revue en profondeur dans son secteur.

«L’attrait naturel est moins là pour se promener dans le Vieux-Port l’hiver, a-t-elle dit. Je pense aux touristes, qui n’iront pas s’y promener s’ils n’ont pas, par exemple, un rendez-vous au Bota Bota. J’attends toujours qu’il y ait de nouveaux commerces et initiatives pour créer plus de partenariats entre commerçants.»

Mme Émond cite en exemple le défi Canot à glace Montréal, le temps d’une journée au mois de février, qui ajoute sa contribution aux attraits du Vieux-Port l’hiver.

Le groupe hôtelier Antonopoulos, constitué de quatre hôtels, huit restaurants et d’un spa dans le Vieux-Montréal, croit aussi qu’il y a matière à amélioration au niveau de l’offre du quartier, mais également de la vitalité de la Place Jacques-Cartier. D’ailleurs, le Happening gourmand, qui existe depuis 9 ans, est une initiative créée par l’organisation dans le but de dynamiser le secteur en saison froide.

Serveur au Montréal Poutine, Maxime Gingras s’est résigné à ce que l’hiver, ce soit le calme plat. «On ne peut pas faire de miracles, ça reste le Vieux-Montréal l’hiver, a-t-il souligné. Ça fait 10 ans que je travaille dans le secteur et j’ai vu des efforts au cours du temps, mais c’est un temps mort.»

Aldo Sylvestre, directeur immobilier de la Société immobilière du Canada, société d'État fédérale propriétaire du Vieux-Port de Montréal, estime que l’offre d’activités est déjà bonne aux abords du fleuve.

«L’Igloofest est une belle réussite, a-t-il mentionné. [Le premier week-end], nous avions 24 000 personnes sur le site. La patinoire, avec sa nouvelle programmation, les soirs de semaine, s’avère à être très populaire. Ce sont des façons qu’on veut encourager pour faire vivre le Vieux-Port.»

Des initiatives

Mario Lafrance, directeur général de la Société de développement commercial du Vieux-Montréal, cite en exemple un projet pilote qui aura lieu le 30 janvier, soit une compétition du lancer du sapin. À partir des résultats, cette première nord-américaine pourrait devenir un évènement annuel sur la Place Jacques-Cartier.

«Nous avons essayé différentes choses ces dernières années qui ont plus ou moins fonctionné, admet-il. Je vais être honnête, on se prépare plus pour 2017 [en vue des célébrations du 150e anniversaire du Canada et du 375e de Montréal].

Par ses expositions et initiatives depuis quelques années, le Musée Pointe-à-Callière tente de donner un second souffle au Vieux-Montréal l’hiver. Le week-end, le prix d’entrée est réduit en fonction du chiffre de la température sous zéro, depuis plus de 10 ans, pour attirer les Montréalais.

En février et en mars, le Musée organise également une «Symphonie portuaire», qui intègre des sons du Vieux-Port. Les « instruments » utilisés sont les sirènes sur les bateaux amarrés l’hiver, les trains, en plus d’intégrer les cloches de la basilique Notre-Dame, pendant une vingtaine de minutes.