/news/society

Fondation Portraits D'Étincelles

Des photos pour immortaliser le deuil périnatal

TVA Nouvelles

Autant la perte d'un bébé est tragique, autant son souvenir est précieux.

Officiellement créée depuis l'été dernier, la Fondation Portraits D'Étincelles, qui offre d'immortaliser le deuil périnatal, est en pleine expansion à travers le Québec. Bientôt, une trentaine de photographes pourront répondre aux besoins des parents qui souhaitent conserver un souvenir de leur enfant mort avant ou tout juste après sa naissance. Bénévolement, les photographes se déplacent dans les hôpitaux pour une séance de photographie sans frais.

«Lorsque je regarde la photo de mon bébé, j'ai l'impression qu'il dort. On ne dirait pas qu'il est mort», nous confie Nathalie Goyens. La jeune maman de Fortierville a perdu son enfant, il y a une semaine à peine.

«Le photographe a été très respectueux. On ne sentait pas qu'il était là. Les photos me permettront de monter un album à sa mémoire et cela m'aidera à me souvenir de lui.»

La Fondation Portraits d'Étincelles est actuellement à la recherche de photographes et de retoucheurs et sensibilise les hôpitaux du Québec à sa démarche.

«Nous devons arriver sur la pointe des pieds et de manière très respectueuse. La dignité est importante, souligne la photographe Manon Allard. On souhaite laisser une trace de cet enfant qui a vécu dans le ventre de la maman, dans l'espoir et dans le futur. Les photos sont là pour cela!»

Johanie Pelletier était enceinte de 22 semaines lorsqu'elle a dû accoucher d'urgence en raison d'une ouverture prématurée du col de son utérus. Son bébé trop fragile n'a pu survivre. Lorsque tout se bousculait dans sa tête, on lui a proposé les services de Portraits d'Étincelles.

«Voici ma fille Adèle! Cette photo permet de rendre concret ce qui s'est passé. J'ai pu la présenter à ma famille, à mes amis, raconte la jeune maman de Victoriaville. Les photos permettent de concrétiser qu'il y a eu naissance et qu'il y a eu décès!».

Les photographes puiseront à la fois dans la force et la fragilité du moment.

«Les photos sont délicatement retouchées pour éliminer tout élément qui pourrait être morbide. La photo représente la douceur et symbolise le court passage de l'enfant dans la vie de ses parents», explique Manon Allard.

La Fondation Portrait d'Étincelles cherche actuellement à recruter des photographes et retoucheurs. De la sensibilisation est également faite à travers les hôpitaux pour expliquer la démarche. Johanie a cheminé dans son deuil. «J'ai parfois l'impression que ma petite Adèle est venue m'éclairer.» Une cérémonie des anges dédiée à Samuel aura lieu au cours des prochains jours.

Pour informations: http://portraitsdetincelles.com/

Dans la même catégorie