/news/society

Fleuve Saint-Laurent

Morts anormalement élevées chez les jeunes bélugas

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

On le sait, la situation des bélugas dans le fleuve Saint-Laurent est précaire. L’animal est classé comme une espèce en voie de disparition. Et les dernières statistiques fournies par Pêches et Océans Canada sont loin d’être encourageantes.

14 carcasses de bélugas ont été retrouvées sur les berges du fleuve Saint-Laurent en 2015. De ce nombre, au moins cinq étaient des nouveau-nés. «Même si ce n’est pas dans les extrêmes qu’on avait observé, ça reste tout de même anormalement élevé», indique Dr. Véronique Lesage, chercheuse scientifique à Pêches et Océans Canada.

Entre 1983 et 2007, on retrouvait annuellement entre 0 et 3 nouveau-nés échoués. Mais depuis 2008, c’est au moins quatre bélugas par année qui n’atteignent pas l’âge de 12 mois. «Le nombre d’adultes dans le futur va être moins élevé que la normale donc le taux de reproduction va éventuellement diminuer», prévoit Dre Lesage.

Le bruit, les changements environnementaux, l’effondrement du nombre de poissons de fonds et les contaminants sont parmi les facteurs potentiels. Si du progrès a été fait concernant les polluants rejetés dans l’eau, le docteur Lesage redoute que la Stratégie maritime engendre une augmentation du trafic marin.

«Personnellement, je trouve que c’est inquiétant, lance Véronique Lesage. Et au niveau mondial c’est une inquiétude qui est grandissante.» Le ministre délégué aux Affaires maritimes Jean D'Amour se veut rassurant: «Au niveau de la protection des écosystèmes, c’est un chapitre complet de la Stratégie maritime qui traite de ça. C’est clair pour nous que dorénavant pour tout projet de nature maritime en matière de développement, il faut s’assurer du respect des espèces.»

Heureusement, des moyens existent pour limiter les effets selon la chercheuse scientifique: «Au niveau international, il y a des comités qui se penchent sur la technologie des grands navires pour essayer de les rendre plus silencieux.»

Les chercheurs ne sont pas prêts à lancer la serviette immédiatement puisque le béluga est une espèce résiliente. Mais pour survivre, elle aura besoin d’aide, et rapidement.

Dans la même catégorie