/finance/homepage

En achetant 45 avions CSeries

Air Canada donne des ailes à Bombardier

Argent

Air Canada a signé une lettre d’intention portant sur une commande ferme de 45 appareils CS300 de la gamme CSeries de Bombardier, a annoncé le transporteur mercredi. Cette commande, la première depuis plus d'un an et la plus importante à ce jour, permettra à Bombardier d'accélérer la commercialisation de ses nouveaux avions.

Il s'agit aussi d'une première commande de la part d'un transporteur nord-américain. Air Canada a aussi pris des options sur 30 autres appareils et négocié des droits de conversion d’appareils CS300 en CS100.

Selon le prix affiché, des commandes fermes pour tous ces appareils représenteraient des ventes de 3,8 milliards $ US.

Cette annonce a été faite lors d'une conférence de presse réunissant Calin Rovinescu, président et chef de la direction d'Air Canada, Benjamin Smith, président des Transporteurs de passagers chez Air Canada, Michael Rousseau, vice-président général et chef des Affaires financières d'Air Canada, ainsi qu'Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier, Fred Cromer, président de de Bombardier Avions commerciaux et Rob Dewar, vice-président du programme du Programme d'avions C Series.

Un tournant

Mehran Ebrahimi, directeur du Groupe d'étude en management des entreprises de l'aéronautique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), considère que la lettre d’intention d’Air Canada marque un tournant pour Bombardier.

«Cette compagnie (Air Canada), au cours des cinq dernières années, a été sélectionnée meilleur transporteur américain en Amérique du Nord, a-t-il dit. Ça donne une grande légitimité au programme CSeries.»

Bombardier peut désormais prétendre avoir des commandes sur tous les continents pour ses nouveaux appareils CSeries, a souligné l’universitaire.

«Nous nous sommes récemment concentrés sur l'ajout d'un grand transporteur nord-américain au réseau international pour compléter nos commandes en Europe et en Asie, et avec Air Canada, nous concrétisons l'atteinte de notre objectif de créer une empreinte mondiale des avions C Series», a déclaré mercredi matin Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier.

«Nous sommes assurés du fait que l'engagement du transporteur - qui est l'un des plus importants à ce jour pour cette famille d'avions - sera le catalyseur de commandes futures en Amérique du Nord et dans le monde entier», a-t-il ajouté.

«C’était la commande que Bombardier attendait», croit de son côté Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques (IGOPP).

Le CS100 de Bombardier a reçu son homologation de Transports Canada en décembre. Il doit entrer en service auprès de son premier exploitant, SWISS, au deuxième trimestre de 2016. «Lorsque les gens verront le CS100 voler dans les airs, je crois que les commandes vont se manifester plus fermement», a mentionné Michel Nadeau.

L’analyste croit que Bombardier vit actuellement un «changement de culture» positif, avec un meilleur contrôle des coûts du développement des appareils CSeries.

L'automne dernier, le gouvernement du Québec a investi 1 milliard $ US pour aider Bombardier à poursuivre le développement de son appareil CSeries. Dans le cadre de cet investissement, les deux partenaires sont devenus associés d’une société en commandite responsable de la conception, de la fabrication et de la commercialisation du programme aéronautique.

Depuis cette date, tous les regards sont tournés vers Ottawa. Le gouvernement du Québec, le patronat, le monde syndical et plusieurs spécialistes de l'aéronautique soutiennent que le gouvernement du Canada devrait lui aussi miser 1 milliard $ sur Bombardier pour assurer l'avenir de la CSeries.

Livraisons en 2019

Les premières livraisons sont prévues pour la fin de 2019 et se poursuivront jusqu’en 2022. Les 25 premiers appareils remplaceront des appareils E190 de la Brésilienne Embraer.

Air Canada fait valoir que l’arrivée des appareils CSeries va générer «d’importances économies de coûts». Le transporteur estime les économies de carburant et de maintenance à plus de 15 % par siège et celles des charges d’exploitation par siège-mille offert à environ 10 %.

«Nous étions l'un des clients de lancement du CRJ de Bombardier, et l'annonce de [mercredi] reflète notre soutien continu à l'égard de l'industrie canadienne de l'aéronautique et des nouvelles technologiques pouvant être élaborées par l'industrie», a déclaré Calin Rovinescu, président et chef de la direction d'Air Canada.

«Nous prévoyons que la nouvelle technologie de la CSeries répondra de manière efficace aux besoins exigeants de notre stratégie actuelle et future pour le réseau», a-t-il ajouté.

Cette lettre d’intention porte à 678 le nombre de commandes et d’engagements obtenus pour la CSeries.

Dans la même catégorie