/finance/homepage

Contrat d’Air Canada pour la CSeries

Bombardier: réactions positives du monde des affaires et syndical

Argent

Michel Desbiens/Agence QMI

L’annonce de la vente de 45 appareils CSeries de Bombardier au transporteur Air Canada a été saluée mercredi par plusieurs organisations patronales, syndicales et de l’aéronautique, malgré la perte de 7 000 emplois à travers le monde dont 2 400 au Québec.

Pour la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, «les décisions difficiles qu'ont dû prendre les dirigeants de l'entreprise avec l'annonce des 7 000 emplois perdus renforceront l'entreprise durant les dernières étapes menant à la commercialisation des appareils de la C Series».

La Chambre affirme que l’investissement d’un milliard $ US fourni à Bombardier l’automne dernier par le gouvernement du Québec se révèle «stratégique» et invite le gouvernement du Canada «à accorder dès maintenant une aide financière à Bombardier à hauteur de 1 milliard de dollars US, soit l'équivalent de ce que le gouvernement du Québec y a investi.»

Le Conseil du patronat du Québec souhaite également «poursuivre la mobilisation des efforts du gouvernement provincial et fédéral afin de préserver le leadership du Québec dans ce secteur important pour l'économie québécoise et canadienne».

L’association Manufacturiers et Exportateurs du Québec, pour sa part, s’est limitée à saluer «l'intérêt manifesté par Air Canada envers la CSeries de Bombardier», sans interpeller les gouvernements. Même réaction à l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale.

Le syndicat Unifor (affilié à la FTQ) réclame non seulement une intervention financière du gouvernement fédéral, mais «une politique coordonnée entre les paliers de gouvernement pour assurer que le Québec maintienne sa position de marque dans l'échiquier mondial de l'aérospatial.»

Unifor souligne que les emplois qui seront perdus chez Bombardier étaient déjà condamnés depuis l’automne dernier. «Ce qui est nouveau, c'est que la fin des emplois a été devancée de quelques semaines, mais dans les faits, ces pertes sont en lien avec le cycle de production en baisse».

Aéro Montréal, la grappe aérospatiale du Québec, mentionne enfin que la province «compte près de 42 000 employés en aérospatiale et plus de 200 PME. Ces dernières sont actuellement en recherche active d’employés qualifiés de tous niveaux.»

Dans la même catégorie