/regional/montreal/laurentides

Deux MRC s'opposent

Les Laurentides divisées par le tracé d'Hydro

Michel Morin | TVA Nouvelles

Après la MRC des Pays-d'en-Haut, c’est au tour de la MRC des Laurentides de refuser le passage de nouvelles lignes de transport électrique.

C’est la première fois que la MRC des Laurentides et ses maires sortent publiquement de leur réserve pour dénoncer publiquement non pas le projet d’Hydro-Québec qui veut construire une nouvelle ligne de transport, mais le projet de la municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard de déplacer la future ligne dont ils ne veulent pas, dans la «cour» de la MRC des Laurentides.

«Pour nous ce n’est pas une question du "pas dans ma cour" nous avons déjà donné», a déclaré à notre Bureau d’enquête le préfet de la MRC des Laurentides, Denis Chalifoux.

Saint-Adolphe-d’Howard toujours d’attaque

Cette sortie publique survient au moment où la mairesse de la municipalité de Saint-Adolphe-d’Howard, Lisette Lapointe,  dénonce une nouvelle fois, cette fois avec l’aide d’un documentaire réalisé par Georges Jardon, le projet d’Hydro-Québec dans cette ville touristique des Laurentides.

Après trois ans d’une lutte exceptionnelle pour protéger ses paysages, notamment ceux des montagnes qui bordent le lac Saint-Joseph, la municipalité de Saint-Adophe d’Howard propose maintenant un nouveau scénario alternatif qui permettrait de construire la nouvelle ligne bien loin de là, dans les emprises existantes de la MRC des Laurentides, notamment à Mont-Tremblant et Saint-Faustin-Lac-Carrée.

La municipalité veut même réaliser une première et se faire entendre par la Régie de l’énergie afin de faire prévaloir son point de vue.

Un nouvel adversaire pour Saint-Adolphe

Depuis quatre ans, les maires Gravel et Lapointe de Saint-Adolphe-d’Howard soutenus par la MRC des Pays-d'en-Haut  s’étaient opposés farouchement à Hydro-Québec, sans rencontrer  d’opposition de la part des autres municipalités de la grande région des Hautes-Laurentides.

Mais avec le nouveau tracé «Paquin»,  Hydro-Québec pourra maintenant compter sur l’appui objectif des maires de la MRC des Laurentides, qui, à leur tour, ne veulent rien savoir d’une nouvelle ligne sur leurs terres déjà traversées par plusieurs lignes  de transport en provenance de la Baie-James.

«Avec le nouveau tracé de l’ingénieur Paul Paquin retenu par Saint-Adolphe-d’Howard, nous nous retrouverions avec 85% du tracé dans notre MRC alors que le nouveau tracé d’Hydro-Québec passe déjà à 55% dans la MRC des Laurentides, a encore déclaré M. Chalifoux, maire de Saint-Agathe-des Monts.

«Et cette nouvelle ligne-là va desservir deux postes de distribution dans la MRC des Pays-d’en-Haut», d’ajouter Steven Larose, maire de la municipalité de Montcalm.

«Nous ne voulons pas être les dindons de la farce», déclare pour sa part Luc Brisebois, maire de Mont-Tremblant. «Nous autres aussi on a des impacts humains. C’est deux millions de touristes qui visitent chaque année le Mont-Tremblant.»

«Nous aussi on a des paysages. Je dis non à Mme Lapointe. Non, non, non jamais ce tracé-là», a déclaré Pierre Poirier, maire de Saint-Faustin-Lac-Carré.

Avec le nouveau tracé de l’ingénieur Paquin, plus d’une centaine de nouvelles résidences situées à moins de 500 mètres de la nouvelle ligne seraient maintenant affectées.

 

 

Dans la même catégorie