/finance/homepage

Dans le dossier de l’aéroport Billy-Bishop

Marc Garneau trahit Bombardier et Montréal, selon le sénateur Leo Housakos

Agence QMI

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau

Reuters

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau

Le sénateur conservateur Leo Housakos accuse le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, d’avoir trahi Bombardier et la région de Montréal en refusant de rouvrir l’accord tripartite interdisant aux avions à réaction de fréquenter l’aéroport Billy-Bishop, situé sur les îles de Toronto.

Tant le bruit que la longueur des pistes posent problème, et les libéraux ont promis aux Torontois lors de la dernière campagne fédérale de ne pas agrandir l’aéroport situé en face du centre-ville de la Ville-Reine.

Marc Garneau a d’ailleurs rappelé cet engagement lors de sa comparution mercredi devant le Comité sénatorial des transports et des communications.

La compagnie Porter Airlines, qui est installée à l’aéroport Billy-Bishop, ne peut ainsi pas acquérir des avions de la CSeries de Bombardier.

«Le ministre des Transports Marc Garneau a trahi non seulement Bombardier, mais tous les Montréalais», a dit le sénateur Leo Housakos, tout en accusant Stéphane Dion, l’actuel ministre des Affaires étrangères, de se faire le «complice silencieux» de Marc Garneau. M. Housakos rappelle que Bombardier Aéronautique est installée dans la circonscription montréalaise de M. Dion, soit Saint-Laurent.

«L’allongement de la piste aurait permis à Porter Airlines d’utiliser des avions de la CSeries de Bombardier pour ses vols en partance et à destination de l’Aéroport Billy-Bishop de Toronto, a poursuivi M. Housakos. Au moment même où l’avenir de Bombardier est en jeu, le ministre Garneau, sans aucun fondement objectif, a donné un coup de poignard à ce fleuron de l’économie de Montréal. Et cela fait d’autant plus mal qu’il est asséné par non seulement un, mais bien deux députés de Montréal, Marc Garneau et Justin Trudeau.»

«D’une part, il y a l’avenir de Bombardier et les milliers d’emplois que représente la CSeries, et de l’autre la quiétude d’une poignée de propriétaires de luxueux condos au centre-ville de Toronto, a indiqué Leo Housakos. Et c’est tout à fait incompréhensible puisque les avions de Bombardier sont plus silencieux que ceux actuellement en service à l’aéroport Billy-Bishop. D’une manière ou d’une autre, le ministre Garneau a choisi le confort des propriétaires de condos de Toronto. C’est tout simplement désolant.»

Dans la même catégorie