/finance/homepage

Les derniers tests vont se poursuivre au Kansas

Terminés, les essais en vol de la CSeries à Mirabel

Olivier Bourque, Carl Renaud | Argent

Malgré l’aide publique accordée par le gouvernement Couillard à Bombardier, l’avionneur québécois s’apprête à fermer son centre d’essais en vol de la CSeries (BFTC) situé à Mirabel.

À partir de juin, les essais restants de la CSeries seront dorénavant faits à Wichita, qui effectuait déjà des tests pour la CSeries. Dans cette ville du Kansas, Bombardier opère déjà son plus important centre d’essais en vol. 

Le centre de Mirabel avait été créé en 2012 pour regrouper toutes les sections de la CSeries dans la région montréalaise et éviter des retards de production. Selon l’entreprise, la fermeture du site était déjà prévue et planifiée.

«C'est tout à fait normal dans le processus de développement de l'avion. Le développement tire à sa fin et nous allons passer à une autre étape de la production. Il faut aussi dire qu'aucun poste ne sera délocalisé vers Wichita», a affirmé Isabelle Rondeau, porte-parole de Bombardier.

Toutefois, selon la Coalition Avenir Québec (CAQ), environ 75 postes seraient délocalisés vers Wichita. Le député François Bonnardel l’a d’ailleurs soulevé pendant la période de questions mardi à l’Assemblée nationale.

En novembre dernier, 300 personnes travaillaient au centre d’essais en vol. Avec la diminution des tests, ce chiffre est passé à 210 actuellement. Ces travailleurs seront invités à postuler pour d’autres emplois à l’intérieur de l’entreprise «dans des secteurs en croissance», nous a dit Bombardier.

L’entreprise n’a pu préciser la date de fermeture du centre. «Il serait prématuré de confirmer une date. Le centre restera ouvert aussi longtemps qu’il y aura un besoin», a indiqué Mme Rondeau par courriel.

Les employés outrés

Mais le transfert ne se fait pas sans heurts. L’ambiance est morose au centre. Plusieurs auraient souhaité que le site demeure à Mirabel.   

«Nous sommes outrés. Le gouvernement aurait dû demander un maintien d’emplois au centre d’essais en vol lorsqu’il a décidé d’accorder plus d’un milliard à Bombardier. On a l’impression que Québec finance des emplois aux États-Unis», a affirmé une personne bien au fait du dossier qui a voulu conserver l’anonymat.  

Selon cette source, avec les tests restants sur la CSeries ainsi que ceux qui seront effectués dans l'avenir afin d'optimiser l'avion, au moins 150 emplois auraient pu être maintenus à Mirabel. 

Toujours nos informations, il y a deux semaines, les employés n'étaient même pas au courant que le centre allait fermer. «On avait même fait une réorganisation ! On ne fait pas de réorganisation quand on veut fermer des installations», affirme cette personne. 

Si cet abandon était prévu, comme le dit Bombardier, elle fait l'affaire de l'avionneur. À Wichita, les choses tournent au ralenti avec l'arrêt du programme Lear 85 et les retards concernant le Global 7000. On avait d'ailleurs annoncé la perte de 220 emplois là-bas, la semaine dernière. 

Wichita est le centre principal des essais en vol des appareils de Bombardier. Il a été fondé en 1992. Le centre effectuait déjà des tests sur des CSeries depuis quelques mois déjà.