/news/society

Sondage TVA Nouvelles | Journal de Montréal

Les réseaux sociaux, un facteur de stress supplémentaire?

TVA Nouvelles

Plus d’un quart de 18-34 ans (26%) éprouve un stress à comparer leur vie sur les réseaux sociaux selon un sondage Léger réalisé pour TVA Nouvelles et le Journal de Montréal.

«Moi, à cause de ça, j’ai fermé mon Facebook, j’en ai rouvert un nouveau puis un nouveau. Je changeais beaucoup trop pendant un laps de temps. J’étais stressée, mais quand j’ai réussi, ça a été un soulagement. J’étais contente de l’avoir effacé», explique une adolescente rencontrée à la maison des jeunes Kekpart de Longueuil.

sondage

TVA Nouvelles

C’est que les réseaux sociaux sont omniprésents dans la vie des jeunes. 100% des 18-24 ans disent en effet être présent sur au moins un réseau social.

Ce pourcentage baisse plus l’âge des répondants avance, mais il reste quand même plus de six personnes sur dix (66%) chez les 65 ans et plus qui utilisent ces sites ou applications.

Sondage2

TVA Nouvelles

Loin des valeurs fondamentales

Selon la présidente de l’Association des médecins psychiatres du Québec, la docteure Karine Igartua, les réseaux sociaux éloignent les utilisateurs des valeurs de la société.

«Si je commence à m’évaluer avec le nombre d’amis que j’ai ou le nombre de "like", on se retrouve vraiment loin des valeurs fondamentales», dit-elle.

sondage3

TVA Nouvelles

Malgré le stress engendré par des sites comme Facebook, Snapchat ou Instagram, les jeunes rencontrés par TVA Nouvelles sont conscients que cela ne représente pas forcément la «vraie» vie.

«On a quand même une arrière-pensée (lorsque l’on publie quelque chose, NDLR), de ce que les gens vont penser de toi», avoue l’un d’entre eux.

«On ne met pas tout. On montre le beau tout le temps», ajoute une autre.

Pour la Dre Igartua, cela fausse le rapport à l’autre.

«Je regarde Facebook, je vois que tout le monde à l’air d’avoir une vie trippante. Si moi je ne "feele" pas trois ou quatre jours de suite, je vais me dire "qu’est-ce que j’ai de pas correct".»

sondage4

TVA Nouvelles

Le stress des réseaux sociaux peut également être celui des parents qui ne savent pas forcément ce que leurs enfants font sur Internet.

«La question est de savoir à quel point le jeune est en sécurité quand il est en train de naviguer», explique la présidente de l’Association des médecins psychiatres du Québec.

Dans la même catégorie