/finance/finance

Excluant les prêts hypothécaires

Les Québécois sont de plus en plus endettés, 18 070 $ en moyenne

Argent

La dette à la consommation des Québécois a continué d’augmenter l’an dernier, mais elle demeure tout de même parmi les plus basses au Canada.

À la fin de décembre, les dettes moyennes sur les cartes de crédit, les prêts automobiles et les prêts personnels des Québécois s’élevaient à 18 070 $, ce qui représente une hausse de 3,6 % par rapport aux 17 437 $ de l’année précédente, selon des données publiées jeudi par Equifax Canada.

La dette à la consommation des Québécois surpasse celle d’une seule autre province, le Manitoba (17 013 $). La dette totale des Ontariens s’élève à 21 072 $, alors que la moyenne canadienne est de 21 458 $, en progression de 2,3 %.

Equifax a également recueilli des données pour les principales métropoles du pays. Les Montréalais ont à leur passif une dette moyenne de 16 710 $, en hausse d’environ 600 $ sur 2014. La dette des Montréalais est la moins élevée de celle des habitants de huit autres grandes villes, dont Toronto (19 918 $), Ottawa (20 904 $) et Calgary (28 421 $).

Taux de défaillance à la baisse

Comparativement à l’ensemble des Canadiens, les Québécois font aussi bonne figure quant à la capacité de rembourser les prêts et les soldes sur les cartes de crédit. Leur taux de défaillance, soit le pourcentage de consommateurs qui n’ont pas remboursé leur solde depuis au moins 90 jours, est de 1,05 %, en baisse par rapport à 1,08 % en 2014. Dans l’ensemble du pays, le taux de défaillance est de 1,09 %, stable lorsqu’on le compare avec le taux de la fin de 2014.

Equifax note qu'au Canada, la tranche d’âge des 65 ans et plus a continué d'augmenter sa dette plus rapidement que tout autre groupe d'âge, tout en affichant un faible taux de défaillance.

Dette totale en hausse

À la fin de décembre, la dette à la consommation totale au pays atteignait 1 621 milliards $, en hausse de 6 % comparativement à 1 529 milliards $ l’année précédente.

Sur 12 mois, les montants des prêts personnels ont augmenté de 7,5 % alors que ceux liés à l’automobile ont progressé de 5,7 %.

Dans la même catégorie