/regional/sherbrooke/estrie

Voie de contournement ferroviaire

Des citoyens de Lac-Mégantic rencontrent le ministre Garneau

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Des représentants de la Coalition des citoyens engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, en Estrie, ont rencontré lundi matin le ministre des Transports du Canada à son bureau de Montréal.

Comme Marc Garneau n'avait que 30 minutes à leur accorder, les maires de la région n'ont pas participé à cet entretien.

M. Garneau s'est de toute façon engagé à se rendre à Lac-Mégantic les rencontrer au début du mois prochain.

On le sait, presque trois ans après la tragédie ferroviaire qui a fait 47 victimes, la population a beaucoup de difficulté à se remettre psychologiquement de ces terribles événements survenus le 6 juillet 2013.

Selon la Coalition, cela s’explique par le fait que la compagnie de chemin de fer du Centre du Maine et du Québec transporte des matières dangereuses et que les citernes noires sont de retour au centre-ville de cette municipalité de la MRC du Granit.

Si la compagnie s'est engagée à ne pas y faire circuler du pétrole brut avant 2017, les citoyens ne sont pas moins inquiets. «Ce sont quand même des produits extrêmement nocifs et dangereux. On parle ici d'acide sulfurique, de propane, de solvants très volatils et même de gaz liquéfié», a dit l’un des porte-parole de la Coalition, Robert Bellefleur.

Les quatre représentants ont abordé deux principaux points lors de leur rencontre avec le ministre responsable du dossier: l'état de la voie ferrée et le projet de construction d'une voie de contournement.

«Il est absurde que la voie ferrée qui traverse notre ville soit de catégorie 1, soit le niveau de sécurité le plus bas qui soit, alors qu'en amont et en aval, où des travaux ont été effectués, elle est d'une classe supérieure. Nous méritons sûrement mieux après ce que nous avons vécu», s'est exclamé Gilbert Carrette.

«La sécurité ferroviaire figure parmi les priorités du gouvernement fédéral. Est-ce rassurant de l'entendre? Je donne la chance au coureur», a dit pour sa part André Blais.

Il a aussi été question de cette voie de contournement réclamée depuis les événements tragiques de juillet 2013. On le sait d'ores et déjà, le premier budget libéral, dont le dépôt aura lieu le 22 mars, ne prévoit pas d'argent pour sa construction.

Au courant de la dernière année, quelques rassemblements populaires ont pourtant eu lieu à Lac-Mégantic pour réclamer sa réalisation.

Comme une étude de faisabilité est en cours et qu'on n'en connaîtra les premières conclusions que dans les prochains mois, il est difficile pour les différents paliers de gouvernement de prendre des engagements fermes.

«Il nous a promis que si les études s'avèrent positives, qu'il fera tout en son pouvoir pour accélérer le processus et ne pas s'accrocher les pieds dans les procédures», a dit M. Bellefleur.

Au départ, on estimait que les coûts d'aménagement d'une voie qui contournerait la ville pourraient être de 150 millions $ à 175 millions $.

«On peut se dire encouragés, on verra maintenant si les actions vont suivre les paroles», a conclu Gilles Fluet.

Dans la même catégorie