/finance/homepage

Plus de 950 emplois perdus dans le monde

EXCLUSIF | SNC-Lavalin élimine près de 250 postes au Québec

Olivier Bourque | Argent

Sans tambour ni trompette, la firme d’ingénierie québécoise SNC-Lavalin a éliminé 950 postes dans ses installations un peu partout dans le monde dont près de 250 au Québec à la fin de l’année 2015, a appris la chaîne Argent de TVA.

Selon nos informations, environ 600 postes ont été supprimés au total au Canada, notamment en Ontario et en Alberta ; le Québec est moins touché. L’entreprise compte un effectif de 12 000 employés au Canada sur un total de 40 000 dans le monde.

Ces mises à pied s’ajoutent aux 4 000 emplois éliminés par l’entreprise à la fin de l’année 2014 dans le cadre d’un autre plan de restructuration.

Le porte-parole de l’entreprise Louis-Antoine Paquin a confirmé ces compressions, mais n’a pas été en mesure de préciser l’impact pour le siège social montréalais. «Cela s’inscrit dans un programme de restructuration lié au rendement de l’entreprise», a-t-il indiqué lors d’une entrevue téléphonique.

Tous les secteurs touchés

Les compressions touchent tous les secteurs de l’entreprise. Plusieurs employés ont été rencontrés lors des dernières semaines et certains d’entre eux devaient quitter immédiatement les bureaux du siège social montréalais «escortés par des membres des ressources humaines».

«Le siège social de Montréal perd de plus en plus de joueurs», nous a confié une source bien au fait du dossier.

Selon nos informations, certains postes en informatique seraient relocalisés en Roumanie, une information qui est toutefois niée par l’entreprise.  

Ces compressions s’inscrivent dans le cadre du programme de réduction des coûts Step Change qui avait été lancé par l’entreprise au troisième trimestre de l’an dernier en raison «de la faiblesse persistante de la conjoncture économique».

Step Change aurait permis de réduire les coûts de 100 millions $, selon la firme, qui n’avait toutefois pas spécifié que ce programme allait se solder par des mises à pied massives. Ce programme a été complété «avec succès» à la fin de l’année 2015, avait souligné le PDG Neil Bruce dans un communiqué publié par l’entreprise.

Lors du dernier exercice, SNC-Lavalin avait rapporté des bénéfices de 404 millions $, en net recul face à celui obtenu un an plus tôt, notamment en raison notamment de la vente d’Altalink, une société de transport d’électricité en Alberta. Les revenus de l’entreprise avaient atteint 9,6 milliards $, en hausse face aux 8,2 milliards $ obtenus en 2014.  

L’entreprise a été dans la tourmente pendant plusieurs années en raison de ses relations avec l’ex-régime de Mouammar Kadhafi, en Libye. La société est visée par des accusations criminelles, déposées par la Gendarmerie royale du Canada (GRC), pour fraude et corruption en Libye.

Au Québec, SNC-Lavalin a aussi été nommée plusieurs fois dans le cadre de la commission Charbonneau (Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction), de 2011 à 2015.

Tendances lourdes

SNC-Lavalin évolue dans plusieurs secteurs qui subissent un ralentissement actuellement, notamment la production pétrolière et gazière ainsi que l’exploitation minière.

De plus, les controverses sur la corruption et la collusion dans l'industrie de la construction ont provoqué un ralentissement dans l’ingénierie. Les révélations entendues par la commission Charbonneau ont terni l'image de la profession. 

Selon l’Association des firmes de génie-conseil (AFG), pas moins de 5 000 emplois ont été supprimés dans les firmes d’ingénierie entre 2012 et 2015. Les travailleurs licenciés étaient des ingénieurs, des techniciens ou des employés administratifs. En quelques années, le personnel des cabinets d’ingénierie est passé de 23 000 personnes à 18 000, une diminution de 22 %.

Dans la même catégorie