/news/politics

Énergie Est

Lévis dit non au projet d’oléoduc de TransCanada

Taïeb Moalla | Agence QMI

 - Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

«Pour le moment, avec les informations qu’on a de TransCanada et les études de nos experts, c’est non», a dit jeudi le maire de Lévis, Gilles Lehouiller, au sujet du projet d’Oléoduc Énergie Est de TransCanada.

Mercredi, la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) avait déjà exprimé plusieurs préoccupations liées notamment à la question de la sécurité et de la nécessaire protection des sources d’eau. Huit rapports d’experts ont été dévoilés en marge de cette prise de position.

«[...] J’ai dit qu’on allait être intraitables. Actuellement, on se doit de dire que c’est le côté intraitable qui prend le dessus», a ajouté M. Lehouillier, jeudi matin.

Les prochaines audiences publiques devant le BAPE, puis devant l’Office national de l’énergie (ONÉ) peuvent-elles changer la position de Lévis? «Immense défi à relever (pour TransCanada)», a répété le maire de Lévis.

Réponse de TransCanada

Plus tôt en matinée, Louis Bergeron, vice-président (Québec et Nouveau-Brunswick) d’Oléoduc Énergie Est, a répondu ainsi aux rapports produits pour le compte de la CMQ.

«Nous accueillons favorablement ces rapports ainsi que tout rapport qui pose des questions tout à fait légitimes. Bien sûr, nous sommes conscients que nous devons poursuivre notre travail de terrain afin de répondre à toutes les questions et nous serons au rendez-vous», a-t-il promis.

M. Bergeron s’est également dit «d’accord que nos plans de préparation aux urgences doivent être élaborés avec les municipalités et prendre en considération les réalités locales telles que les marées, la présence des glaces ainsi que les prises d’eau, et nous allons en faire la démonstration».

Dans la même catégorie