/regional/montreal

Spectacle de fin de saison

Danser le tango peut être bénéfique pour les personnes atteintes de Parkinson

Agence QMI

TOMA ICZKOVITS / AGENCE QMI

Estimant que le tango peut avoir des effets bénéfiques pour les personnes aux prises avec des troubles neurologiques liés au Parkinson, un groupe a développé un programme d’initiation au tango pour les patients atteints de la maladie et présentait samedi son spectacle de fin de saison.

Ces cours de tango sont une initiative de la biopharmaceutique AbbVie et de Parkinson Québec. La saison qui se conclut a permis à six couples de danseurs de participer à cette expérience qui culminait avec un spectacle chez Tango Libre, à Montréal.

Aucun remède n’est encore connu pour la maladie de Parkinson, mais il est possible de traiter les symptômes avec des médicaments et différentes thérapies qui incluent les mouvements et l’exercice. En ce sens, le tango, en tant que danse, constitue un moyen de bouger et d’améliorer l'équilibre et la mobilité.

D’une manière générale, les premiers symptômes de la maladie de Parkinson apparaissent vers l’âge de 60 ans. Toutefois, de 5 à 10 % des personnes diagnostiquées sont atteintes de la forme précoce de la maladie, qui se manifeste avant l’âge de 40 ans.

Le Parkinson évolue à un rythme qui varie selon la personne qui en est atteinte. Les principaux symptômes sont des tremblements, des problèmes d’équilibre et, pour certains, des problèmes d’élocution.