/finance/homepage

D'une valeur de 5,6 milliards $ US

Delta commande 75 avions CSeries

Argent

Delta Air Lines vient de placer une commande ferme de 75 appareils CSeries auprès de Bombardier. La commande, d’un prix catalogue d’environ 5,6 milliards $ US, comprend aussi une option pour 50 autres appareils.

La commande, qui était très attendue dans les milieux aéronautique et financier, porte sur le plus petit appareil de la CSeries, le CS100. Delta pourrait toutefois convertir un nombre indéterminé d’appareils pour la version plus grande, le CS300.

Bombardier indique jeudi que l’entente avec Delta fait grimper le carnet de commandes à plus de 300 appareils CSeries. En tenant compte de toutes les options, le carnet de commandes pour le nouveau programme passerait à 800 avions.

«L'ajout de Delta à notre liste de clients de marque CSeries nous donne un élan formidable, alors que nous approchons de l'entrée en service cet été», a affirmé Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier.

L'annonce de cette importante commande a fait progresser l'action de Bombardier (BBD.B : TSX), qui prenait 1,49 % à 2,04 $ jeudi à 15 h 45 à la Bourse de Toronto.


Les observateurs de l’industrie attendaient depuis longtemps une commande d’un transporteur américain d’importance. Elle devrait servir de catalyseur pour d’autres commandes, puisque les plus petits transporteurs n’ont pas autant de ressources pour évaluer les nouveaux appareils proposés par les avionneurs.

Delta, qui est le deuxième plus important transporteur américain, devient ainsi le client de lancement du CS100 aux États-Unis, un appareil pouvant accueillir de 108 à 133 passagers. Des rumeurs voulaient toutefois que Delta s’intéressait davantage au CS300, d’une capacité de 130 à 160 passagers. Même plus, le transporteur d’Atlanta aurait demandé à Bombardier de construire une version encore plus grande, le CS500, ce que Bombardier aurait refusé.

Les premiers appareils seront livrés à Delta à compter de 2018. Ils devraient venir remplacer une flotte vieillissante de MD80 fabriquée par McDonnell Douglas. 

«Ces nouveaux avions représentent un investissement robuste et nous permettra de tirer avantage d'économies supérieures en frais d'exploitation, de souplesse pour notre réseau et de la meilleure performance carburant de sa catégorie», a commenté pour sa part Ed Bastian, le nouveau chef de la direction de Delta. 

L'entente avec Delta survient un peu plus de deux mois après l’annonce de l’intention d’Air Canada d’acquérir 45 appareils CS300 au prix affiché de 3,8 milliards $ US. Selon des sources de TVA Nouvelles, Bombardier a bon espoir de voir cette intention se convertir en commande ferme d’ici quelques semaines.


Perte de 138 millions $ US

Bombardier a par ailleurs annoncé que le premier trimestre de son exercice 2016 s’est soldée par une perte de 138 millions $ US ou 0,07 $ US par action, comparativement à un bénéfice de 100 millions $ US ou  0,05 $ US par action une année plus tôt.

La multinationale québécoise a inscrit à ses résultats une charge extraordinaire de 112 millions $ US ayant trait à la rationalisation de l’effectif.

Les revenus ont reculé de 11% pour s’établir à 3,9 milliards $ US. La compagnie explique que ce recul des revenus était prévu du fait qu’elle a réduit les cadences de production des avions d’affaires.

Les revenus tirés du secteur aéronautique sont passés de 2,68 milliards $ US à 2,39 milliards $ US, alors que ceux du transport ont chuté de 161 millions $ US pour s’établir à 1,88 milliard $ US.

Bombardier a aussi confirmé que les suppressions d’environ 7 000 postes annoncées en février vont se poursuivre au cours des deux prochaines années. Au premier trimestre, environ 30 % ou 2 100 postes avaient été supprimés.

La compagnie prévoit inscrire  des charges de 250 millions $ US à 300 millions $ US relativement à cette réorganisation, surtout en 2016.