/finance/homepage

Commande de Delta

Embraer menace de porter plainte contre Bombardier

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le constructeur aéronautique brésilien Embraer jongle avec l’idée de porter plainte contre Bombardier devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), déplorant des subventions gouvernementales «potentiellement illégales» qui ont permis de décrocher une commande ferme de Delta pour 75 avions de la CSeries.

En entrevue avec le magazine spécialisé «Air Transport World», le grand patron d’Embraer, Paulo Cesar Silva, a fait part de cette réflexion. «Nous examinons les options juridiques possibles, a-t-il dit. Peut-être l'OMC, par exemple.»

En concurrence avec Bombardier pour la commande de Delta, Embraer a fait une proposition «très agressive» de son appareil Embraer E190, soutient M. Silva.

«Bien sûr, nous gagnons et perdons des commandes sur le marché, a-t-il dit. Mes remarques et ma plainte viennent de la façon dont nous avons perdu ce contrat.»

Le président et chef de la direction dit ne pouvoir garantir que les appareils de Bombardier n’aient été bradés à Delta, mais estime qu'il est «plus probable que ce soit le cas».

«Le contribuable canadien fournit de l'argent à Bombardier pour que Bombardier vende des avions à un coût bas», a ajouté le patron.

Paulo Cesar Silva estime que «toute forme de subvention donne lieu à des distorsions sur le marché».

Contactée par l'Agence QMI, Marianella de la Barrera, porte-parole de Bombardier pour la division des avions commerciaux, a affirmé que «les allégations sont sans fondement».

«Toutes nos transactions sont réalisées dans le respect total des règles commerciales, a-t-elle affirmé. De plus, Delta a dit très clairement pourquoi elle avait choisi [un appareil de] la CSeries et c’est parce que c’est simplement la meilleure technologie et le meilleur avion disponibles.»

Le bureau du ministre des Transports, Jacques Daoust, qui a piloté le dossier de l'appui à Bombardier ne partage pas non plus l'analyse du grand patron d'Embraer. «Nous sommes un partenaire et non subventionnaire, a-t-on indiqué, samedi. Nous avons analysé ces questions et savons que nous respectons les règles de commerce internationales.»

Rappelons que Bombardier a obtenu un investissement de 1,1 milliard $ US du gouvernement du Québec pour lui permettre de compléter le développement du programme. Bombardier cherche à obtenir un appui semblable du gouvernement fédéral.

Les discussions entre le gouvernement Trudeau et la compagnie montréalaise seraient au point mort, a rapporté vendredi Bloomberg. Ottawa voudrait que la famille fondatrice, les Beaudoin-Bombardier, émette de nouvelles actions de 1 milliard $.

La gouvernance de la compagnie et sa structure d’actions à deux catégories sont depuis plusieurs semaines parmi les points en litige.

Dans la même catégorie