/finance/homepage

Selon le premier ministre Trudeau

Le déficit de 30 G$ au fédéral : pas une limite maximale

Argent, d'après Reuters

Le premier ministre Justin Trudeau

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Le premier ministre Justin Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a suggéré jeudi que le déficit budgétaire de 30 milliards $ du gouvernement fédéral n’était pas une limite maximale, l’accent devant plutôt être mis sur la croissance économique.

Dans une entrevue à l’agence Reuters, M. Trudeau a affirmé qu’il n’était pas obsédé par «un chiffre parfait», plaidant pour la croissance de l’économie.

«Oui, nous avons besoin d'être financièrement disciplinée, nous devons être responsables, mais en même temps, nous avons besoin d'investir dans les bonnes sortes de choses. Alors, choisir un chiffre et essayer de s’y coller,  c’est exactement ce contre quoi je me suis élevé lors de la dernière campagne», a dit M. Trudeau.

«Ce n’est pas une obsession envers le chiffre parfait, c’est une obsession envers le parfait, ou plutôt le droit chemin de la croissance de l’économie qui va aider à court terme et qui conduit vers la prospérité à moyen et long terme».

M. Trudeau a fait campagne en proposant un déficit annuel de 10 milliards $, mais une fois au pouvoir, les libéraux ont affirmé que l’économie avait besoin de stimulants économiques beaucoup plus importants en raison du ralentissement. En mars, le gouvernement a dévoilé un budget prévoyant un déficit d’un peu moins de 30 milliards $.

La croissance économique est faible au pays et les gigantesques incendies de forêt qui affectent la production de pétrole tirée des sables bitumineux en Alberta va provoquer une chute des revenus à Ottawa, qui devra aussi dépenser des milliards $ pour couvrir les coûts des dommages.

Bombardier

Sur Bombardier, le premier ministre a affirmé qu’il ne voyait pas comment le gouvernement pourrait cesser les pourparlers avec l’avionneur, du fait que les emplois dans l’aéronautique sont exactement le genre d’emplois que le Canada cherche à développer pour l’avenir.

Ottawa est sous pression pour offrir de l’aide à Bombardier, mais les négociateurs fédéraux désirent obtenir des concessions au sujet du contrôle de la compagnie.

Dans la même catégorie