/news/society

Déclin de la pratique religieuse

La situation des cimetières au Québec inquiète

Agence QMI

Sébastien St-Jean /Agence QMI

Chaque année dans la province, il y a 62 000 décès et de ce nombre une personne sur trois est inhumée.

Combiné avec le déclin de la pratique religieuse, les gestionnaires de cimetières ont peine à trouver les revenus nécessaires pour entretenir leur patrimoine et dans certains cas maintenir leurs activités.

Pour identifier des pistes de solutions, les membres de l'Association des cimetières chrétiens du Québec sont réunis jusqu’à vendredi en congrès provincial à Rimouski.

Pour le conférencier Luc Dupont, il faut penser entre autres à se tourner vers les nouvelles technologies comme internet et les réseaux sociaux.

«Très souvent du côté des cimetières, on a un vieux réflexe qui est malheureux, mais qui consiste à dire que notre clientèle est un peu plus âgée donc probablement un peu moins sur internet», a-t-il expliqué.

«On va s’apercevoir assez vite dans cette conférence que les gens âgés y sont tout aussi présents et magasinent leur cimetière de la même façon qu’on peut magasiner n’importe quels autres produits», a ajouté M. Dupont.

Dans la même catégorie