/finance/retreat

Pour assurer leur sécurité financière

Les Canadiens prêts à repousser leur retraite

Agence QMI

Rob - Fotolia

Une nette majorité de Canadiens est prête à payer davantage et à travailler plus longtemps afin de s’assurer d’une retraite confortable, révèle un sondage de la firme de Willis Towers Watson, publié mardi.

Pas moins de 62 % des travailleurs consentiraient à payer plus si cela leur permettait d’avoir une prestation de retraite plus généreuse et jusqu’à 65 % des Canadiens paieraient davantage sachant qu’ils toucheraient une prestation garantie à vie. Le coup de sonde indique aussi qu’un travailleur sur trois pense devoir prendre sa retraite plus tard que prévu.

Plus de 2000 Canadiens ont répondu à ce sondage mondial sur les attitudes à l'égard des avantages sociaux. Sur l’ensemble des répondants, environ 30 000 employés de 19 pays, 26 % s’attendent à retarder leur passage à la retraite et 13 % envisagent de continuer de travailler après avoir atteint l’âge de 70 ans afin de s’assurer d’une retraite confortable. Selon la conseillère Kim Anto, de Willis Towers Watson, la stabilité financière après la vie active est une source d’inquiétude réelle.

«Certains auront la chance d'hériter de leurs parents, alors que d'autres pourraient devoir remédier à leur épargne-retraite insuffisante en vendant de manière anticipée des actifs tels que leur propriété. Pour de nombreux travailleurs, toutefois, l'option par défaut sera de travailler plus longtemps», a mentionné Mme Anto.

Santé affectée

L’étude réalisée par la firme de services-conseils révèle que la santé des personnes convaincues d’avoir à repousser leur retraite est moins bonne que ceux dont les plans sont inchangés. Selon le sondage, «54 % des employés qui prévoient partir à la retraite après l'âge de 70 ans ont un niveau de stress supérieur à la moyenne, alors que pour les employés qui prévoient partir à la retraite avant 65 ans, le pourcentage est de 30 %».

Les personnes qui semblent ressentir plus de stress sont aussi plus susceptibles de se sentir coincées dans leur emploi.

Le sondage mondial 2015 de Willis Towers Watson a été mené entre juin et août 2015, auprès d'employés à temps plein qui participaient à un régime de retraite, 2013 Canadiens y ont participé.