/finance/finance

Quant à la durée de l'épargne

Les préretraités ont des intentions irréalistes

Argent

Les Canadiens de 50 ans et plus se préparent à des lendemains difficiles : ils s’attendent à retirer de leur fonds de retraite en moyenne près de quatre fois plus d’argent chaque année que ce que recommandent les experts financiers.

«Les employés ont une vision irréaliste de ce que sera leur situation financière à la retraite», affirme Paula Allen, vice-présidente, Recherche et solutions intégratives, chez Morneau Shepell, qui a dévoilé mercredi les résultats d’un sondage sur les intentions des Canadiens quant à leurs finances pendant la retraite.

Selon Mme Allen, il existe un «décalage évident» entre la période que doit durer le revenu de retraite en général, les habitudes d'épargne d'un grand nombre de personnes et le montant que la plupart des gens prévoient retirer à la retraite.

Les Canadiens âgés de 50 ans et plus s'attendent ainsi à retirer 15% de leur épargne totale pendant chaque année à la retraite, soit tout près de quatre fois le taux recommandé de 4%. Pas moins de 70% des répondants envisagent ainsi de retirer chaque année un montant supérieur à celui qui est recommandé. 

Par ailleurs, plus d’un répondant sur trois (35%) déclare épargner 10% ou moins de son salaire actuel en vue de la retraite, même si les deux tiers d’entre eux considèrent que les coûts de santé seront l’une de leurs principales préoccupations à la retraite.

Le niveau d’épargne risque d’être insuffisant, si l’on considère que près deux tiers (61%) des salariés de 50 ans et plus souffrent actuellement d’au moins une maladie chronique (hypertension, arthrite, hypercholestérolémie, diabète et autres).

«La santé est l'un des facteurs les plus importants à prendre en considération lors de la préparation à la retraite», estime Mme Allen, qui ajoute que le coût des maladies chroniques peut créer un grand choc.

Les coûts pour les retraités seront d’autant plus grands que la majorité d’entre eux (59%) ne bénéficieront pas d’un régime de soins médicaux offert par leur employeur lorsqu'ils prendront leur retraite.

En outre, le régime public d'assurance-médicaments couvre beaucoup moins de médicaments que la plupart des régimes d'employeur. 

Pas étonnant qu’un répondant sur quatre (24%) estime qu’il ne sera pas prêt lorsqu’il décidera de prendre sa retraite.

La marge d’erreur du sondage réalisé en septembre 2015 est de 3,1%, 19 fois sur 20.

 

Dans la même catégorie