/finance/homepage

Le premier appareil livré cette semaine

Les pilotes de Swiss s’entraînent à piloter la CSeries

Argent

Les pilotes de la société aérienne Swiss s’entraînent intensément à piloter la CSeries, à l’aide d’un simulateur de vol au centre de formation montréalais de CAE. Bombardier doit livrer le premier avion de sa nouvelle gamme d’appareils au transporteur européen, mercredi.

On dénombre actuellement trois simulateurs de vol CSeries dans le monde, qui fonctionnent 24 heures par jour. Ces équipements fabriqués par CAE valent de 10 à 20 millions $ chacun.

De nos jours, les pilotes s’entraînent davantage avec des simulateurs de vol qu’avec de véritables appareils. Les futurs pilotes de la CSeries n’y échappent pas. Ils devront tous séjourner dans les simulateurs de CAE.

«Les pilotes de Swiss qui sont ici vont voler avec des passagers la semaine prochaine (sans avoir piloté un véritable appareil CSeries)», a expliqué à TVA Nouvelles Marc St-Hilaire, vice-président de CAE.

Les avions CSeries seront généralement opérés par cinq équipages, comptant un pilote et un copilote.

«Tous nos pilotes ont passé environ 70 heures dans les simulateurs dans différentes conditions», a expliqué Peter Koch, le chef-pilote de Swiss, rencontré au centre de formation de Bombardier, situé dans les installations de CAE.

Les simulateurs de vol permettent de recréer toutes les conditions de vol qu’un équipage peut rencontrer pendant un vol, en incluant les situations les plus difficiles.

«Dans le simulateur, on peut mettre des orages, de la grêle qui vient avec de l’accumulation de glace sur les ailes et les moteurs. On peut même faire perdre un moteur», a dit Nelson Yu, spécialiste d'essai chez CAE.

La direction de CAE fonde beaucoup d’espoir sur le nouvel appareil de Bombardier. Plus le fabricant aéronautique vendra de CSeries, plus CAE vendra de simulateurs de vol.

Première livraison cette semaine

Swiss va prendre possession de son premier CS100 dans le cadre d’une cérémonie officielle, qui va se dérouler à Mirabel, mercredi soir.

Au total, la société aérienne a commandé 30 CSeries, des modèles CS100 et CS300. Bombardier doit livrer d’autres avions à son client de lancement, d’ici la fin de l’année. Mais l’entreprise ne veut pas préciser le nombre d’appareils qui seront livrés cette année.

La semaine dernière, le gouvernement du Québec a confirmé son investissement de 1 milliard $ US dans le programme aéronautique de Bombardier. Québec détiendra 49,5% de la société en commandite qui chapeaute maintenant le CSeries.

Le carnet de commande de la CSeries compte plus de 300 commandes fermes, présentement. En tenant compte des options, le carnet comprend 800 commandes.

Le titre de Bombardier a clôturé en baisse de 0,14 $ à 1,81 $, lundi à la Bourse de Toronto.