/news/society

Cyberprédateurs québécois

Ces éphébophiles à la recherche de proies sexuelles adolescentes

TVA Nouvelles

Ils sont partout. Ils peuvent être votre voisin, votre collègue de travail, votre beau-frère. Ils sont menés par leurs pulsions sexuelles en quête d’une proie, d’une adolescente fragile en manque d’attention. Ces prédateurs sont au bout de leur clavier prêt à tout pour se rapprocher de votre fille mineure. Qui sont ces éphébophiles?

Les centaines de cyberprédateurs épinglés par la police et judiciarisés au cours des dernières années ciblent rarement de jeunes enfants, ils éprouvent plutôt du désir sexuel pour les adolescents. On ne parle pas de pédophilie dans leur cas, mais d’éphébophilie.

«Ils ne sont pas attirés par des enfants prépubères, mais plutôt par des adolescentes filiformes de 13 à 17 ans en général qui n’ont pas beaucoup de formes, peu de seins, de hanches, de fesses», nuance le sexologue clinicien Mario Larivée-Côté.

Invincibles

Les prédateurs sexuels qui ont un casier judiciaire au Québec peuvent être des septuagénaires, mais Mario Larivée-Côté rappelle qu’en général ces éphébophiles ont le même profil. «Ça peut être un peu n’importe qui, mais dans la majorité des cas, ce sont des hommes entre 20 et 35 ans qui ont de bonnes connaissances en informatique. Ils ont grandi avec le web. Ils se pensent très très bons, invincibles, croient qu’ils ne se feront jamais prendre.»

Savoir quel type de pervers tisse sa toile autour des adolescentes sur des sites de clavardage est important. Toutefois, être à même de reconnaître si votre fille est une victime potentielle de ces beaux parleurs est capital.

«Ces individus sont capables de percevoir quelles adolescentes sont plus vulnérables, en besoin d’affection, d’attention. Ce n’est pas n’importe quelle ado qui peut se faire embarquer aussi facilement. Elles sont souvent carencées affectivement. Elles sont isolées, n’ont pas beaucoup d’amis, peuvent vivre de l’intimidation. Quand un individu leur donne de l’attention, elles sautent là-dessus», fait savoir Mario Larivée-Côté.

Traque

Le profil des prédateurs sexuels et de leurs victimes est toujours le même selon le sexologue. Cependant, les cas de prédateurs sexuels sont en augmentation et ça risque malheureusement d’exploser avec les nouvelles technologies, dénonce le M. Larivée-Côté.

Ces hommes qui pourchassent vos enfants, ce que vous avez de plus précieux au monde, peuvent les «traquer sur leur téléphone intelligent, leur tablette, leur console de jeu. Il ne suffit plus que l’ordinateur familial soit bien en vue, il faut rappeler aux adolescentes de ne pas parler avec des inconnus», conclut le sexologue.

Dans la même catégorie