/news/politics

Premiers travaux majeurs en 100 ans

L’Assemblée nationale passe au 21e siècle en matière de sécurité

TVA Nouvelles

L’Assemblée nationale va se refaire une beauté d’ici les trois prochaines années. Pour la première en 100 ans, des rénovations majeures s’effectueront pour augmenter les espaces pour les travaux parlementaires, mais surtout, accroître la sécurité de Parlement.

Ces travaux vont faire entrer l'édifice construit par Eugène-Étienne Taché, en 1886, dans le 21e siècle.

«Nos infrastructures de sécurité sont désuètes, le contexte mondial en matière de sécurité a changé, les parlements sont une cible potentielle», affirme Andrée-Anne Marsan-Paquin, conseillère aux communications de l’Assemblée nationale.

L'attentat d'Ottawa et le triste souvenir du passage de Denis Lortie forcent les autorités à investir pour que l'accueil des visiteurs se fasse à l'extérieur du parlement.

«On faisait passer la sécurité à l'intérieur de l'avion. C'est ça, le principe ici. Quelqu'un peut rentrer avec une arme, peut rentrer avec une bombe, puis c'est une fois qu'il est à l'intérieur qu'on s'en rend compte», explique le péquiste Stéphane Bergeron, ancien ministre de la Sécurité publique.

La Coalition avenir Québec avait des réserves au départ, mais la deuxième opposition cautionne les dépenses de 60 M$.

«Ce qui se fait là, dans les mesures de sécurité, c'est aussi pour rassurer la population. Ce serait extrêmement dommage que les gens ne s'approprient plus l'Assemblée nationale», mentionne le caquiste François Paradis.

Une salle interactive pour les visiteurs?

Les travaux d'excavation vont permettre la construction à l'avant du parlement d'un nouveau pavillon ultramoderne pour l'accueil des visiteurs, qui se trouvera sous l'escalier central.

«C'est un tout nouveau centre des visiteurs. Ça va être complètement moderne, avec une salle d'information pour les groupes scolaires, avec des espaces d'expositions», explique la conseillère aux communications.

L'Assemblée nationale a prévu 60,5 M$ pour ces travaux qui devraient être exécutés d'ici le printemps 2019.

«C'est entièrement assumé par l'Assemblée nationale du Québec à travers ses budgets annuels et à travers son compte de revenu autonome, confirme Mme Marsan-Paquin.

Durant la durée des travaux, l'hôtel du parlement restera accessible aux visiteurs.