/regional/estduquebec/basstlaurent

Cri du cœur des parents

Manque de services pour leur enfant trisomique

TVA Nouvelles

Les parents d'un enfant trisomique dénoncent la lenteur et les difficultés pour obtenir un service d'orthophonie.

Depuis leur passage à TVA nouvelles, en mars dernier, Alain Lepage et Lise Beaulieu se portent à la défense des gens qui vivent avec une déficience intellectuelle.

Dès l’âge de 7 ans, l’Agence de la Santé et des Services sociaux de l’époque avait accordé à l’enfant trois séances auprès d’un orthophoniste. Toutefois, leur service a été interrompu rapidement, puisque seuls les enfants de sept ans et moins pouvaient y avoir recours.

Après environ 5 ans d’attente, ils ont décidé de porter plainte: leurs efforts ont porté leurs fruits.

«À la suite de plaintes qu’on a faites au Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et auprès du Protecteur du citoyen, on a finalement réussi à obtenir des services en orthophonie pour notre fille», a expliqué la mère de famille, Lise Beaulieu.

Toutefois, leurs soins ont encore été de courtes durées.

«Leurs offres de services ne permettent pas d’offrir des soins de longue durée aux usagers. Ils y vont selon des séquences, selon un nombre d’heures par personne et non selon les besoins des individus», a déploré Mme Beaulieu.

À bout de ressources, ils espèrent obtenir de l’aide.

Actuellement, au Bas-Saint-Laurent, 70 personnes attendent pour obtenir un service d’orthophonie. Toute nouvelle référence en services spécialisés est d'abord analysée selon une cote: urgente, élevée ou modérée.

La majorité des enfants ont une cote élevée. Ils doivent être vus par un intervenant dans un délai de 90 jours.

Dans la même catégorie