/news/culture

Pianos publics

Des artistes chantent la paix partout en ville

Camille Dufétel

 - Agence QMI

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Plusieurs artistes ont entonné simultanément «Quand les hommes vivront d’amour» aux différents pianos publics du Québec jeudi midi, afin de célébrer les 60 ans de cet hymne à l’amour.

L’événement s’est étendu à plus d’une trentaine de lieux du Québec, autour de 54 pianos publics.

«Cette chanson a été choisie par les partenaires et les abonnés à notre page Facebook. On avait une liste de chansons emblématiques du Québec. C’est cette pièce qui est sortie du lot et on a réalisé qu’elle fêtait ses 60 ans, une coïncidence», a dit Geneviève Allard, chargée de communication pour le Plateau-Mont-Royal.

Il s’agissait de la troisième édition de Pianos publics au diapason. Les Montréalais ont pu notamment entendre La Bronze au Parc du Portugal sur le Plateau-Mont-Royal et Isabelle Cyr et Yves Marchand à la Place Kate-McGarrigle dans Outremont. Tous ont entonné la célèbre chanson de Raymond Lévesque sur les douze coups de midi jeudi.

Quête d’amour

Fanny Bloom, que l'on pouvait écouter à la Forêt urbaine du Musée McCord, dit avoir toujours eu dans le cœur ce classique. «Ça a été grand succès à travers la francophonie. On a tous besoin d’amour, c’est une quête universelle depuis le début de l’humanité et on n’y est pas encore arrivé. Tout ça souligne aussi la belle idée d’avoir installé des pianos publics à Montréal, ça permet de ramener la musique en ville, c’est sain pour un environnement comme une grande ville.»

Fanny Bloom a aussi chanté plusieurs pièces de son spectacle solo.

Venu l’écouter, le Montréalais Jean-François Gauthier s’est dit très heureux de l’initiative. «Avec tous les événements qu’on connaît en ce moment, cette pièce a encore plus de signification. Cette chanson, c’est la paix.»