/finance/homepage

Entente de dernière minute

Projet pilote d’un an pour Uber au Québec

TVA Nouvelles et Agence QMI

 - Agence QMI

L’entreprise de covoiturage Uber et le gouvernement du Québec en sont venus à une entente de dernière minute juste avant minuit mercredi soir.

L’accord porte sur un projet pilote encadrant le covoiturage urbain dans la province, a précisé l’entreprise par communiqué un peu après minuit, jeudi matin. Selon les premières informations, le projet pilote serait d’une durée d’un an et respecte «les principes que j’avais annoncés lors de mon arrivée», a déclaré le ministre des Transports du Québec Laurent Lessard dans un communiqué. Il a spécifié qu’il surveillera le respect de l’entente «avec une grande rigueur».

Uber «a accepté de faire des concessions à son modèle d'affaires afin de se conformer aux lois et règlements en vigueur au Québec», a indiqué le gouvernement.

Celui-ci voulait principalement assurer l’équité dans l’industrie et éviter les impacts sur la valeur des permis tout en améliorant le service de transport aux utilisateurs.

Uber toujours en service

Uber maintient donc ses opérations au Québec dans le but «d’offrir les avantages d’un service de covoiturage urbain aux Québécois», a précisé Jean-Nicolas Guillemette, directeur général d’Uber Québec par communiqué.

«Nous voulons démontrer au gouvernement que nous sommes prêts à travailler dans une industrie réglementée et à être un partenaire de l'innovation», a-t-il ajouté.

Les détails du projet pilote devraient être dévoilés «dans les jours à venir». C’est à ce moment que les utilisateurs ainsi que les chauffeurs comprendront «les impacts de ce projet pilote» sur eux.

Uber a fait l’annonce de cette entente de dernière minute un peu après minuit jeudi après avoir indiqué, dans un premier temps, que ses activités seraient suspendues à minuit si les négociations achoppaient.

Des négociations difficiles

Les négociations ont été difficiles puisque toute la journée de mercredi, le ministre des Transports du Québec, Laurent Lessard, avait remis en cause le modèle d’affaires d’Uber, le jugeant incompatible avec le système de permis de taxi de la province.

«Le modèle Uber, c’est pas de limite. Si personne n’a de limite, ça vient faire en sorte qu’il n’y a pas de travail pour les autres», avait-il dit.

Le premier ministre Philippe Couillard s'était de son côté montré plus optimiste quant à un accord.