/news/politics

Course à la direction du PQ

Un programme de rénovations écoénergétiques pour Lisée

Pierre-Paul Biron

 - Agence QMI

Mathieu Belanger/AGENCE QMI

Jean-François Lisée promet de donner un coup de barre dans les crédits d’impôt à la rénovation pour les transformer en une aide permanente qui permettrait à la province de rattraper son retard en ce qui concerne la rénovation écoénergétique.

Le candidat à la chefferie du PQ propose d’utiliser l’enveloppe des crédits actuelle pour financer des entreprises de rénovation, qu’elles soient privées ou non. «Ces entreprises viendraient vous voir et offriraient de faire la transformation énergétique de votre maison. Ils payeraient pour les travaux et vous les rembourseriez en donnant une partie de l’économie faite sur l’énergie», explique M. Lisée.

Par exemple, 1500 $ sur les 3000 $ économisés par année retournerait à l’entrepreneur. «Ça permet au propriétaire de ne pas verser un sou au moment de la rénovation.»

M. Lisée a bien l’intention de mener à terme cette idée qui permettrait de moderniser le parc immobilier québécois. «C’est un chantier qu’on a pour longtemps et on part de loin.

«Au Québec, le tiers des logements ont été construits avant 1960», souligne le député de Rosemont.

Aide aux locataires

Jean-François Lisée entend aussi fournir des moyens aux locataires habitant dans des «taudis énergétiques» d’améliorer leur condition. «C’est une très grande minorité, mais il existe de mauvais propriétaires au Québec. Ce qui fait que l’on a 20 000 logements où le niveau d’étanchéité est médiocre», mentionne le candidat à la chefferie.

Ces locataires n’ayant aucun recours direct pour forcer les rénovations, M. Lisée veut leur permettre de faire venir eux-mêmes un évaluateur.

«Si ce dernier estime que des travaux sont nécessaires, un avis est envoyé au propriétaire, qui ne peut demander d’augmentation du loyer tant que les travaux ne sont pas effectués», propose l’aspirant-chef pour stimuler le marché de la rénovation.

«Ce sont des mesures qui permettent une croissance économique en raison des nombreux chantiers, en plus d’améliorer l’efficacité énergétique du parc immobilier québécois», illustre Jean-François Lisée.

Dans la même catégorie