/news/society

Une augmentation soudaine des besoins

Les réfugiés syriens se tournent vers les banques alimentaires

Agence QMI 

Les banques alimentaires de Toronto ont connu une hausse de la demande pour leurs services cette année, en grande partie en raison de l’arrivée de milliers de réfugiés syriens dans la métropole, a rapporté le «Globe and Mail».

Selon le quotidien, plus de 905 000 personnes ont recours à l’aide des banques alimentaires à Toronto, en hausse de 1% par rapport à l’année dernière et de 13 % par rapport à 2008, année du début de la crise économique.

Notamment, les trois premiers mois de 2016 ont vu une augmentation soudaine des besoins. «La plus récente hausse est le résultat des salaires qui stagnent, de la hausse rapide du coût des aliments et du logement et de l’arrivée d’immigrants, incluant les réfugiés syriens», a expliqué la banque alimentaire «Daily Bread».

Sur les 30 647 réfugiés admis au Canada depuis novembre, environ 12 000 se seraient établis dans la région de Toronto.

«Je m’attendais à voir des réfugiés assisté par le gouvernement. Mais je ne m’attendais pas à recevoir ceux parrainés par le privé», a confié la directrice de la banque alimentaire «Daily Bread», Gail Nyberg, au «Globe and Mail». Selon un sondage mené par l’organisme, les familles de réfugiés dépensent environ 1410 $ par mois pour se loger, sur une allocation de 1800$.

Christine Markwell, de la banque alimentaire des services communautaire d’Agincourt, a observé elle aussi une recrudescence des demandes provenant de familles syriennes, au point de devoir recruter plus de bénévoles parlant l’arabe.

Dans la même catégorie