/finance/homepage

Un partenariat ÉTS, Vidéotron, Ericsson et QI

Premier labo à ciel ouvert de «vie intelligente»

TVA Nouvelles

Ne vous étonnez pas de voir des capteurs sur des feux de circulation, voire sur un lampadaire, dans le Quartier de l’innovation (QI), à Montréal. Le quadrilatère devient le premier laboratoire à ciel ouvert de la vie intelligente au Canada, et un des plus avancés au monde, selon Pierre Dumouchel, directeur général de l’École de technologie supérieure.

L’ÉTS est au cœur du projet : ses résidences, en plein QI, deviendront «intelligentes», tandis que professeurs et étudiants seront les premiers participants de ce grand terrain de jeux, où ils pourront innover et tester des applications pratiques. «On sera un peu comme des explorateurs, dit Pierre Dumouchel. On va recueillir des données qu’on ne connait pas, et on apprendra à les utiliser.»

Vidéotron, Ericsson, et le Quartier de l’innovation (QI) sont les autres partenaires de ce laboratoire. Il permettra de tester les multiples facettes de cette nouvelle industrie des télécommunications de cinquième génération, sur le terrain, dans des conditions réelles, avec applications technologiques bien concrètes.

«Par exemple, on met un capteur sur un feu de circulation, explique Pierre Dumouchel. La nuit, il y a peu de circulation, et la signalisation peut être programmée pour s’y adapter et changer selon les besoins.»

Les étudiants de l’ÉTS qui vivent dans les résidences, qui jouxtent le campus, vivront l’expérience dès 2017 de la « maison connectée » : la gestion de tout leur environnement s’appuiera sur l’analyse des données produites par de multiples objets présents dans leur quotidien. «Ça nous donnera des infos, par exemple, sur la consommation d’électricité, et ça nous permettra de gérer le bâtiment de manière plus efficace et économique», dit Pierre Dumouchel.

Le laboratoire se veut un modèle de collaboration où la communauté, la municipalité, l’enseignement supérieur, l’industrie manufacturière et l’industrie des télécommunications cohabiteront pour participer à cette révolution technologique. 

Un terrain de jeux innovateur

La firme Ericsson fournit son réseau, ses infrastructures, son «autoroute», comme le dit Pierre Dumouchel, tandis que l’apport de Vidéotron, initiateur du laboratoire, se fait au niveau des applications grand public. « Pour Vidéotron, ce laboratoire sera un outil supplémentaire permettant d’identifier les applications et services qui réussiront le mieux à améliorer et simplifier le quotidien des consommateurs, de même que ceux qui créeront le plus de valeur pour les entreprises », a dit Manon Brouillette, présidente et chef de la direction de Vidéotron. 

ARG-PARTENARIAT ETS VIDÉOTRON

Sébastien St-Jean/AGENCE QMI

Sur la photo, Pierre Dumouchel (directeur général de l'École de technologie supérieure), Serge Legris ( vice-président ingénierie technologie sans fil Vidéotron), Harout Chitilian ( vice-président du comité exécutif de la Ville de Montréal), Manon Brouillette ( présidente et chef de la direction de Vidéotron) , Pierre Dion ( président et chef de la direction de Québecor), Mark Henderson ( président du conseil d'administration d'Ericsson Canada ) et Damien Silès ( directeur général du quartier de l'innovation).

«En formant un partenariat visant à créer le plus grand laboratoire à ciel ouvert au Canada, nous fournissons un terrain de jeux aux entrepreneurs et étudiants afin qu’ils se préparent au monde de demain, a déclaré de son côté Graham Osborne, président d’Ericsson Canada. Chez Ericsson, nous sommes ravis de contribuer à ce projet par notre leadership en matière de technologie, notre connaissance mondiale des villes intelligentes et, surtout, nos gens. »