/finance/homepage

EXCLUSIF | Montréal

D'autres pertes d'emplois au siège social de Rio Tinto

Marie-Laurence Delainey | TVA Nouvelles

Dans le cadre de notre série de reportages sur les sièges sociaux du Québec, TVA Nouvelles a mis la main sur un courriel envoyé à la haute direction de Rio Tinto dans lequel l'entreprise annonce des suppressions d’emplois.

Seules certaines tâches spécifiques se feront à Montréal, peut-on y lire. C’est le cas de celles qui nécessitent des communications en français, une présence physique à Montréal, des actions immédiates ou de la livraison, ou encore des compétences techniques spécifiques.

Quant aux autres fonctions, elles seront transférées à l'extérieur, à New Delhi, en Inde.

La porte-parole de Rio Tinto, Claudine Gagnon, affirme qu'il s'agit de trois postes d'adjointes administratives qui seront supprimés. 

Toutefois, le portrait pourrait être beaucoup plus sombre, selon ce qu’a appris TVA Nouvelles. Des dizaines d’emplois pourraient être éliminés à moyen terme.

Voyez dans la vidéo ci-dessous le reportage sur le pacte social brisé au Saguenay depuis la vente d'Alcan à Rio Tinto

Bonne décision pour les actionnaires

Le producteur minier Rio Tinto a acheté Alcan en 2007. La société anglo-australienne offrait 101 $US l’action, soit plus du double de la valeur de l’action d’Alcan.

Yves Fortier, qui était président du conseil d'Alcan à l'époque, a le même sentiment qu’il y a neuf ans. «J’ai encore le moton dans la gorge, admet-il. Mais, tout compte fait, dans l’univers sans frontière dans lequel on vit aujourd’hui, ç’a été un plus, même si c’était une décision pénible», ajoute-il, en soulignant que les actionnaires en sont sortis gagnants.

La transaction s’est faite avec la promesse notamment de maintenir le siège social à Montréal. Mais dans le monde des affaires, certains affirment depuis un moment que les décisions sont prises à Londres.

Claudine Gagnon soutient au contraire que «toutes les décisions stratégiques qui touchent l’aluminium sont prises à Montréal».

Le siège social de Montréal a tout de même changé. Depuis son déménagement dans la Tour Deloitte, le nom Alcan est disparu du titre.  La direction affirmait vouloir être plus représentative des activités de l’entreprise. Une centaine d’emplois ont aussi été supprimés l’année dernière.

En 2007, on comptait 860 employés au siège social d’Alcan. Neuf ans plus tard, ce nombre a baissé à 600, selon Rio Tinto. Mais la compagnie a vendu des divisions et regroupe des activités qui n'étaient pas là à l’époque, ce qui rend toute comparaison difficile à faire.

Dans la même catégorie