/news/law

Sherbrooke

Le débat sur la peine d'un naturopathe freiné par une ordonnance de non-publication

Anne Préfontaine | TVA Nouvelles

ARCHIVES, TVA NOUVELLES

Une ordonnance de non-publication dans le dossier du naturopathe Yves Charest, coupable de pratique illégale de la médecine, a chambardé le cours des procédures judiciaires au palais de justice de Sherbrooke, jeudi.

Alors que l'on devait débattre de la peine puisque le naturopathe conteste l'amende de 45 000 $ fixée par le Collège des médecins, l'audience a pris une tout autre tournure.

Une ordonnance de non-publication a été accordée par le tribunal. Yves Charest refuse que les médias rapportent les propos de Cécile Niles, la dame à l'origine de l'enquête déclenchée par le Collège des médecins, par crainte que son témoignage lui porte préjudice.

Cécile Niles est la soeur de Patricia Niles morte à l'âge de 67ans en avril 2014 après des souffrances épouvantables des suites d'un cancer de l'endomètre. Selon les propos de Cécile Niles rapportés par TVA Nouvelles en janvier 2015, sa soeur était sous l'emprise d'Yves Charest et elle aurait refusé les soins médicaux.

Yves Charest a plaidé coupable à neuf accusations de pratique illégale de la médecine sur des preuves recueillies par un agent double du Collège des médecins. Jamais le Collège n'a porté d'accusation en lien avec le décès de Mme Niles.

Un avocat mandaté par Québecor Média conteste l'ordonnance de non-publication en raison du droit du public à l'information.

Autre coup de théâtre qualifié d'inhabituel par Me Stéphane Gauthier, l'avocat du Collège des médecins, est survenu. L'avocat du naturopathe, Me Jean Dury l'a mis en demeure lors de la suspension de l'audience afin qu'il ne rapporte pas les propos de Cécile Niles. La cause a été reportée au 2 décembre.