/finance/homepage

Après des coupes dans la vice-présidence

Desjardins supprime 83 postes de directeurs

Argent

Desjardins vient de supprimer les postes de 83 directeurs et directeurs principaux, sur un effectif d’environ un millier, ce qui représente 8,3% des effectifs.

Il y a deux semaines, le Mouvement Desjardins avait aboli 28 postes de vice-présidents sur 128 postes, soit 21 %.

Ce sont ces vice-présidents «survivants» qui ont dû revoir à leur tour les postes de leurs gestionnaires, à la Fédération et dans les filiales. «Ça ne touche pas le réseau», dit le porte-parole, André Chapleau.

Le réseau des Caisses avait déjà fait des efforts de rationalisation, a dit le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier. C’est maintenant au tour du siège social. «Le Mouvement Desjardins se doit de toujours trouver le moyen d’être plus efficient, dit-il, comme toute entreprise qui veut rester actuelle, dans un environnement qui change beaucoup. Et ça passe par des réductions au sein de la direction. Le monde change, l’industrie évolue, et c’est normal de se remettre en question.»

Élu à la tête du Mouvement Desjardins en mars, Guy Cormier a coupé un poste au comité de direction (il compte désormais 11 membres) et il a regroupé les fonctions de plusieurs premiers vice-présidents.

«Nous avions la même structure depuis 2009, dit André Chapleau. Elle avait besoin d’être actualisée et surtout, simplifiée. On doit devenir plus agile.»

Les directeurs et directeurs principaux devront-ils à leur tour faire le ménage? «On ne peut rien garantir, dit André Chapleau. Chacun aura une mission. Ils devront agir avec lucidité et se poser la question s’ils ont les bonnes personnes aux bons endroits. On verra... Mais on est dans un environnement très changeant et on doit s’adapter.»

Tous les secteurs de la Fédération ont été touchés vendredi matin, dit le porte-parole. «Tout le monde est dans le même bain.»

Dans la même catégorie