/news/politics

Course à la direction du PQ

Lisée a «échoué» aux tests, dit Duceppe

Geneviève Lajoie | Agence QMI

 - Agence QMI

L’ex-chef bloquiste Gilles Duceppe estime que Jean-François Lisée n’est pas digne d’être chef du Parti québécois (PQ).

Analyste politique sur la chaîne anglophone CTV, l’ancien leader souverainiste précise qu’il ne fait campagne pour aucun des candidats à la succession de Pierre Karl Péladeau.

Mais selon lui, une chose est claire: Jean-François Lisée s’est disqualifié du poste de chef péquiste en associant son rival Alexandre Cloutier à l’imam Adil Charkaoui.

«Il y a des qualités essentielles pour être chef. C’est d’être responsable, faire preuve de dignité et avoir un bon jugement. Alors pour moi, M. Lisée, en associant Charkaoui à Cloutier, a manqué à ces trois devoirs, il a échoué à ces trois tests-là, clairement», lance-t-il en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Il convient que cet épisode malheureux a certainement contribué à la remontée de Jean-François Lisée, désormais coude à coude avec Alexandre Cloutier chez les sympathisants péquistes, selon le dernier sondage Crop.

Interdire les cagoules?

Quant au débat identitaire, l’ex-bloquiste croit que la position contenue dans le rapport Bouchard-Taylor, qui préconisait d’interdire aux juges et aux policiers le port de signes religieux, fait consensus. C’est la position que défend le candidat Cloutier.

L’idée d’interdire le niqab ou la burqa dans l’espace public, comme l’envisage Jean-François Lisée, est inapplicable, aux yeux de M. Duceppe. «Il faudrait interdire les cagoules et le «full-face» à moto!» peste-t-il.

Le prochain chef du PQ devra être clair sur la tenue ou non d’un référendum avant les prochaines élections, préconise-t-il. Il est toutefois trop tôt, à deux ans du scrutin, pour arrêter une décision, ajoute l’ex-leader bloquiste.

En s’engageant à ne pas tenir de référendum dans un premier mandat d’un gouvernement du PQ, Jean-François Lisée se ferme une porte, selon Gilles Duceppe. Une montée de l’appétit souverainiste est difficile à prévoir. «Les choses évoluent rapidement, en politique.»

Nouvel appui pour Cloutier

Par ailleurs, Alexandre Cloutier a reconnu hier que la course à la direction du PQ se resserrait. Il estime payer le prix politique pour avoir tenu un nouveau discours sur le «vivre-ensemble».

Le député Gaétan Lelièvre, qui devait rester neutre, a décidé d’appuyer M. Cloutier étant donné la remontée de Jean-François Lisée.

Dans la même catégorie