/news/currentevents

Les forces de l’ordre mal outillées?

Son ami en psychose, la police intervient 24H plus tard

TVA Nouvelles

Les interventions policières impliquant des personnes souffrant de problèmes psychiatriques sont souvent problématiques. Parfois, les policiers ne savent pas comment réagir.

Mercredi dernier, un jeune homme de Griffintown, à Montréal, a vécu une expérience troublante impliquant des policiers.

Mathieu a reçu un appel de l’un de ses amis lui confiant qu’il ne se sentait pas bien. L’ami en question s’est plus tard présenté chez lui. «Il avait perdu 30 livres, il avait l’air perdu. Il m’a dit qu’il avait des hallucinations et qu’il voulait se pendre», explique Mathieu.

Les policiers ont finalement été appelés, mais ils ne sont pas intervenus car, selon eux, il ne présentait pas de danger immédiat pour lui ou ses proches.

Mathieu a finalement obtenu une injonction de la Cour pour que son ami soit interné. Il s’est écoulé plus de 24 heures entre le premier appel aux policiers et le moment où l’ami soit pris en charge.

«Pendant tout ce temps, il aurait pu commettre l’irréparable», soutient Mathieu.

Voyez son entrevue complète avec Jean-François Guérin à LCN Maintenant dans la vidéo ci-dessus.

Vous avez quelque chose à dénoncer vous aussi ? Contactez-nous!