/news/society

Consigne de certaines évêques

Des funérailles refusées à ceux qui recourent à l’aide médicale à mourir?

TVA Nouvelles

Des évêques canadiens sont prêts à refuser des funérailles religieuses à ceux qui ont recours à l'aide médicale à mourir.

Selon Le Devoir, une consigne des évêques de l'Ouest canadien demande aux prêtres de refuser l'accès aux rites religieux à ceux qui ont utilisé les services d’aide médicale à mourir.

Monseigneur Raymond Poisson est évêque au diocèse de Joliette et, il ne s’en cache pas, est opposé à l’aide médicale à mourir. Il tenterait de dissuader un fidèle malade qui lui demanderait son accompagnement tout en ayant fait ce choix.

«Les évêques, ce qui nous mobilise et nous inquiète, c’est quand quelqu’un pense à cette décision. Ça n’implique pas seulement la personne, mais aussi des membres de sa famille et les gens qui l’entourent», exprime Mgr Poisson.

«On peut prendre cette décision-là, être conséquent avec soi-même, et ne pas avoir beaucoup de respect ou d’intérêt pour la foi catholique. De la même manière, la famille est importante, souligne-t-il. Est-ce que ce sont des gens qui sont blessés par ce geste et qui auraient besoin de se retrouver et de prier ensemble? Peut-être que non, peut-être que oui.»

Selon l’homme de foi, il faut aller plus loin que l’aspect de la douleur dans la maladie.

«La question de la souffrance, c’est une manière dont on fait peur au monde, pour les pousser à cette aide médicale à mourir. Pour avoir accompagné moi-même beaucoup de gens qui étaient sérieusement atteints par la maladie, la souffrance se contrôle. Mais la souffrance morale, l’isolement, la solitude, le manque d’amour, ça fait mal.»

Mgr Poisson rappelle que chaque évêque est responsable de ce qui se déroule dans son diocèse.

«J’invite les gens qui pensent à une telle décision à communiquer avec leur pasteur ou leur prêtre avant de mettre en opération cette décision afin de se faire accompagner», mentionne-t-il.

Dans la même catégorie