/regional/montreal/montreal

Retards à la STM

Les usagers passent leur mauvaise humeur sur les chauffeurs

TVA Nouvelles

Confrontés aux retards des autobus sur les différents trajets, des usagers de la STM s'impatientent; certains font subir leur mécontentement aux chauffeurs, selon le syndicat.

On a pu voir sur les réseaux sociaux récemment la vidéo d’une altercation entre un chauffeur et une passagère.

 

Le syndicat  parle d’incidents qui se multiplient, de situation chaotique. «On nous traite de toutes sortes de noms», dit une chauffeure rencontrée lundi. »«On nous demande où on était, si on est allé magasiner en chemin».

Des usagers interrogés aussi en avaient gros sur le coeur: « Ça n’a pas d’allure, des fois on attend très longtemps pour un autobus; ça peut être vingt minutes».«Des fois il faut faire des détours pour prendre l’autobus, et des fois l’arrêt a été déplacé», nous ont dit deux clients de la STM, tandis que deux autres étaient encore satisfaits du service.

«Le dernier 30 jours, c’est infernal. J’ai reçu des centaines d’appels de chauffeurs qui disaient tous, on n’est pu capables. La tension, la clientèle, les usagers, sont de plus en plus impatients, il ya des altercations avec des véhicules», dit Renato Carlone, le président du syndicat.

Le syndicat lance un appel au calme. «C’est d’être patient, d’être tolérant avec les chauffeurs d’autobus;  ils font leur possible, avec les outils qu’on a».

 

Chose surprenante, selon lui, la situation n'a pas changé, car les retards existaient déjà avant les imposants travaux routiers à Montréal. Une hypothèse: les durées des trajets établies à la STM sont-elles inadéquates, et devrait-on les réviser?

 La Société de transports de Montréal répond par courriel que les temps de parcours des 220 lignes d'autobus sont revus aux 12 à 18 mois et que des ajustements peuvent être faits en conséquence.

Quant à lui, le syndicat va lancer mardi une campagne de sensibilisation des usagers à être plus tolérants, dans les journaux.