/regional/chaudiereappalaches

Refus d'une transfusion sanguine

Une jeune mère meurt au bout de son sang au nom de la religion

TVA Nouvelles

Une jeune femme de Lévis qui venait de donner naissance à son premier enfant est morte en raison de ses croyances religieuses. Elle a refusé une transfusion sanguine parce qu'elle était témoin de Jéhovah.

Éloise Dupuis, 27 ans, avait décidé d'accoucher de son premier enfant dans une maison de naissance. Toutefois, en raison de complication, elle a été transférée à l'Hôtel-Dieu de Lévis où on a dû procéder à une césarienne d'urgence.

L'enfant est venu au monde et se porte bien, mais sa mère a fait une importante hémorragie et les médecins ont dû procéder à une hystérectomie.

En raison de ses convictions religieuses, la jeune mère a refusé la transfusion et est finalement décédée quelques jours plus tard.

Sur le plan légal, elle avait le droit de refuser la transfusion, mais cette décision soulève de nombreuses questions sur le plan moral.

«Le devoir de soigner, le devoir de porter secours, le devoir de fournir des soins, ont une limite qui est absolue qui s'appelle le consentement du patient, explique l'avocat spécialisé en droit médical Jean-Pierre Ménard. Les médecins n'ont pas le droit de traiter un patient au-delà de son consentement».

Si les médecins n'avaient pas respecté son choix, l'hôpital s'exposait à des poursuites, ajoute Me Ménard.

«On peut moralement être mal à l'aise avec ça, mais c'est l'état du droit», insiste-t-il.

Du côté de l'Hôtel-Dieu, on refuse de commenter le dossier en affirmant être tenu au secret professionnel.

Mais est-ce possible de prévenir ou d'éviter de tristes événements?

«Au Québec, on est en mesure de donner des banques de sang. On est en mesure de donner des organes. Donc, elle pouvait prendre des mesures pour éviter qu'une situation comme celle-là survienne, mais on est en présence d'une personne de 27 ans, donc qui a peut-être pensé qu'elle aurait des problèmes de santé à court terme et qui n'a donc pas pris de mesures appropriées pour s'assurer de son intégrité», de dire l'avocat Sylvain Roy.

Toutefois, pour respecter leurs convictions, les témoins de Jéhovah ne donnent pas leur sang et ni ne le mettent en réserve en vue d'une autotransfusion.

Dans la même catégorie