/regional/chaudiereappalaches

Vos questions sur les témoins de Jéhovah

«Un bébé n’a plus de maman pour des raisons de foi»

TVA Nouvelles

Les questions sur les croyances et pratiques des témoins de Jéhovah sont nombreuses au lendemain de la révélation de la mort d’une jeune mère de famille de Lévis qui a refusé une transfusion sanguine en raison de ses convictions religieuses.

Éloise Dupuis, 27 ans, est décédée à l’Hôtel-Dieu de Lévis cette semaine après avoir accouché d’un bébé en santé.

Suite à sa césarienne, la jeune femme avait fait une importante hémorragie, mais refusé toute transfusion sanguine, étant témoin de Jéhovah.

Cette «association charitable» comme elle est définie au Canada est populaire au pays. Plus de 25 000 personnes se disent témoins de Jéhovah au Québec.

Jean-Sébastien Lozeau, auteur et réalisateur d’«Au nom de Jéhovah», est né au sein de ce groupe. Il a pris la décision de le quitter à l’adolescence et veut maintenant informer la population sur les dangers de ce que lui définit comme une secte.

«Ce drame est fascinant. Il faut rappeler qu’il y a maintenant un bébé qui n’a plus de maman pour des raisons de foi. C’est un jour triste», a-t-il dit en entrevue à LCN.

«Pour prendre cette décision, il ne faut pas être conscient que tu es en train de dire je veux mourir», ajoute-t-il.

«Dans la chambre, à l’hôpital, il y avait des «frères» qui étaient là pour être certains qu’on ne flanche pas, pour être certain que cette témoin de Jéhovah aille jusqu’au bout dans sa foi et qu’elle accepte de mourir.»

Il a accepté de répondre aux questions posées par des internautes sur la page Facebook de TVA Nouvelles.

Si le bébé avait eu besoin d’une transfusion, l’auraient-ils laissé mourir?

«Les témoins de Jéhovah n’ont pas le droit d’accepter de sang. Donc si cet enfant-là est né dans cette secte, par la force des choses, oui, ils l’auraient laissé mourir. C’est très grave», explique Jean-Sébastien Lozeau.

«La question qu’on peut se poser c’est qu’en tant les médecins ont un rôle à jouer et cela devrait être un peu plus mis de l’avant. Je le répèterai toujours, il y a des ententes entre les hauts placés de cette secte et les hauts placés de certains hôpitaux pour s’assurer que la foi soit respectée. Je trouve ça particulier.»

Pourquoi cette religion, qui se dit amour et paix, refuse les présents des autres qui ne font pas partie de leur religion? Pourquoi refusent-ils de vivre lorsque la seule façon de survivre serait une transfusion?

«C’est une loi de la Bible, de l’Ancien Testament. C’est écrit dans la Bible, noir sur blanc, que Dieu ne veut pas que tu acceptes du sang extérieur», dit M. Lozeau.

Dans les faits, les témoins de Jéhovah font une application rigoriste d’un texte qui date d’avant Jésus Christ.

«Là on est en 2016. Je m’explique mal encore une fois qu’on accepte que des gens meurent pour une question de foi.»

La vocation d’un médecin est de sauver la vie d’une personne en danger. Pourquoi un projet de loi ne viendrait-il pas l’affirmer et infirmer ainsi les croyances d’une secte?

«Je suis pleinement d’accord. Le gouvernement devrait faire quelque chose avec ça et pas juste avec les transfusions de sang», croit Jean-Sébastien Lozeau.

Il ajoute que le gouvernement devrait agir pour les enfants «pris» dans une secte.

«Cet enfant-là ne devrait pas être confronté à tout ce que faire partie d’une secte comporte. Il n’a pas la capacité intellectuelle de prendre ses propres décisions et faire ses propres choix. Ces choix de vie te forgent pour le futur. Les enfants qui réussissent à sortir des sectes souffrent et souffrent longtemps.»

Dans la même catégorie