/finance/homepage

Nouveaux calculs du fédéral

74 000 ménages «touchés» par les nouvelles règles hypothécaires

TVA Nouvelles

Les maisons deviennent de plus en plus impossibles à acheter tellement leur prix est élevé, principalement à Vancouver et à Toronto.

Pour freiner la hausse, le gouvernement fédéral a mis en place de nouvelles règles plus strictes, mais celles-ci ont aussi un impact au Québec.

Maryse Larochelle est un cas type. Dimanche dernier, la jeune femme expliquait à TVA Nouvelles qu'elle rêvait d'une maison de 200 000$ avec une mise de fonds sous les 20%, donc avec une hypothèque à assurer.

Avant lundi, elle aurait pu se l'offrir. Ce n’est maintenant plus possible. Avec les nouveaux calculs imposés par Ottawa, la banque a retranché 67 000$ au montant qu'elle avait obtenu le printemps dernier. Elle devra chercher une maison de 125 000$. Elle n’a encore rien trouvé.

Déjà, plusieurs voix s'élèvent quant à l'impact au Québec de mesures qui visent surtout à dégonfler les marchés en pleine surchauffe de Toronto et de Vancouver.

«Plus en fonction de l'exception que de la règle, parce que si on sort de ces marchés-là, il n'y a pas de surchauffe sur les marchés immobiliers», soutient Paul Cardinal, de la Fédération des chambres immobilières du Québec.

«Il y aura 74 000 ménages finalement qui auront un impact, donc qui ne pourront pas acheter la propriété qu'ils avaient prévu acheter», observe François-William Simard, de l’Association provinciale des constructeurs du Québec (APCQ).

Baisse des mises en chantier?

L'APCQ estime que ça va aussi réduire grandement les mises en chantier. «On arrive avec une diminution des mises en chantier de 18%, donc on voit que l'impact est significatif», ajoute M. Simard.

C’est la sixième fois qu'on resserre les conditions pour une hypothèque au cours des dernières années. Il y a 60% de propriétaires au Québec contre 70% dans les autres provinces.

«Pourquoi aller viser l'ensemble du marché canadien, donc d'un océan à l'autre, s’interroge François-William Simard? Pourquoi ne pas s'adresser vraiment aux situations qui sont vécues dans les marchés bien précis? C'est comme ça, nous, qu'on le voit.»

De leur côté, les propriétaires de logements locatifs se frottent les mains.

«Au Québec, le taux d'inoccupation a augmenté dans certaines villes du Québec et ça va être bon pour les investisseurs et les propriétaires d'immeubles», explique le spécialiste en immobilier Ghislain Larochelle.

C’est ainsi que les premiers acheteurs pourraient être davantage intéressés aux maisons de petites dimensions, moins coûteuses, de moins de 1000 pieds carrés.

-D’après un reportage de Richard Olivier