/news/currentevents

Femme enceinte heurtée à mort

Décès de Marie-Pier Gagné: l’automobiliste souffrait d’épilepsie

Agence QMI

Souffrant d'épilepsie, l’automobiliste qui a happé mortellement Marie-Pier Gagné, cette femme enceinte qui traversait le boulevard Laurier devant le Centre hospitalier de l’Université Laval, en août dernier, conduisait contre l’avis de son médecin.

Le matin même de l’accident, le conducteur dans la jeune vingtaine se serait fait conseiller d’éviter de prendre la route en raison de sa condition de santé.

Selon ce que rapporte le quotidien «Le Soleil», le conducteur avait déjà été impliqué dans trois accidents à cause de sa condition médicale. Chaque fois, son véhicule aurait été considéré comme étant une perte totale. Personne n’avait toutefois été blessé lors de ces accidents.

Un membre de l’entourage du jeune homme s’est confié au «Soleil». «Je lui disais souvent: "Un jour, tu vas tuer quelqu’un"», a-t-il affirmé.

«Tant que l’épilepsie est stable et qu’on ne fait pas de crises, il n’y a pas d’effet sur la capacité à conduire, a expliqué le Dr Jamie Dow, un médecin conseiller à la SAAQ. S’il y a des crises, on ne doit pas conduire durant une certaine période de temps après celles-ci. Pour un conducteur privé, c’est six mois.»

Pour Jean-Francois Brochu, ancien sergent de la Sûreté du Québec, la plus grande difficulté que les policiers auront à surmonter s’ils veulent porter des accusations de négligence à l’endroit du conducteur est celle de la non-responsabilité criminelle, souvent invoquée par les avocats pour défendre leur client. «Il faudra voir comment il a été avisé, par qui il a été avisé, combien de fois, dans quelles circonstances et, surtout, s’il était en état de bien comprendre ce qu’on lui interdisait», a-t-il énuméré.

Aucune accusation criminelle n’a encore été portée à son endroit par les autorités. Ce n’est que jeudi dernier qu'il a été interrogé par les enquêteurs.

Dans la même catégorie