/finance/sme

Carte d'affaires

Riches parents adoptifs pour jeunes entrepreneurs

Martine Turenne | Argent

C’est un peu, pour un jeune entrepreneur, l’équivalent de se faire coacher par Céline Dion pour un finaliste de La Voix: passer une année à se faire conseiller – et payer! – par une des vedettes des affaires au Québec.

C’est ce qui arrivera à des jeunes qui se feront «adopter» par Guy Cormier, PDG du Mouvement Desjardins, Alain Bouchard, fondateur et président d’Alimentation Couche-Tard, Eric Boyko, président et chef de la direction de Stingray, Philippe de Gaspé Beaubien III, entrepreneur et homme d’affaires, ou encore, Pierre Pomerleau, PDG de Pomerleau.

Adopte inc., c’est l’idée d’un autre entrepreneur, Nicolas Duvernois, fondateur de PUR Vodka, ainsi que d’Anne Marcotte, entrepreneure de Québec. Quelque 25 jeunes feront partie de la première cohorte de ce mouvement, qui vise à créer des ponts entre les entrepreneurs qui ont du succès (les adopteurs) et ceux qui sont à la tête d’entreprises émergentes (les adoptés).

Bâtir une équipe étoile

Au printemps dernier, Nicolas Duvernois a bâti une «équipe étoile», comme il dit, comprenant tout ce dont un jeune entrepreneur a besoin pour réussir: une institution financière (le Mouvement Desjardins), un cabinet d’avocats (Norton Rose Fulbright), et des cabinets de services professionnels (Deloitte, LG2 et Edelman), chacun promettant d’apporter son expertise.

Puis, Nicolas Duvernois a lancé un concours et a reçu quelque 400 candidatures. Vingt-cinq jeunes entrepreneurs, dont neuf femmes, ont ainsi été sélectionnés, âgés entre 22 ans et 31 ans.

Et cinq parmi eux seront encore plus chanceux: ils seront «adoptés» par l’un des cinq entrepreneurs à succès.

Les «adopteurs» payeront un salaire annuel de 24 000 $ à leur protégé. Ils vont le rencontrer une fois par mois, lui faire profiter de leurs contacts, de leurs connaissances, de leur savoir-faire.