/news/politics

Longtemps reportée

Québec lance une stratégie pour contrer les violences sexuelles

Agence QMI

Le gouvernement du Québec consacrera 200 millions $ sur cinq ans pour prévenir et contrer les violences sexuelles.

Longtemps reportée, la Stratégie gouvernementale pour prévenir et contrer les violences sexuelles a été finalement dévoilée vendredi matin dans les bureaux de l’organisme Y des femmes, à Montréal.

«Grâce à cette stratégie, nous nous donnons les moyens, en collaboration avec nos partenaires des milieux communautaires et de la société civile, de faire une réelle différence dans la vie des victimes de violences sexuelles», a déclaré la vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault.

Ainsi 44 millions $ serviront à la mise en œuvre de 55 nouvelles actions.

«Nous allons donc continuer à miser sur l'action préventive, tout en veillant à mieux soutenir les victimes et à réprimer la criminalité associée à l'exploitation sexuelle», a souligné le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux

Le Stratégie est le résultat de consultations qui se sont déroulées de 2013 à 2015 auprès de représentants des milieux public, parapublic, communautaire et de la recherche.

Québec compte notamment mieux soutenir les victimes de violences sexuelles dans leurs démarches et favoriser la répression de la criminalité associée à ce type de violence ainsi que l'accompagnement des victimes à la sortie du milieu prostitutionnel.

«[Elle] propose des mesures pour adapter le système judiciaire aux réalités des victimes et leur offrir un meilleur soutien psychologique et social, a déclaré la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. Des mesures, incluant des plans de formation pour les intervenants ainsi que de la documentation et des outils d'information et de sensibilisation, sont également prévues pour répondre aux besoins spécifiques de la communauté LGBT.»

L’annonce de vendredi survient alors que le député Gerry Sklavounos a été éclaboussé par des accusations d’agressions sexuelles et qu’une série de crimes à caractère sexuel ont été commis dans les résidences de l’Université Laval au cours des dernières semaines.